Tony Parker à l'attaque
Yannick Bokolo | AFP - JEAN-PHILIPPE KSIAZEK

Villeurbanne perd le Nord

Publié le , modifié le

Annoncée comme l'épouvantail de la ProA, l'ASVEL a reçu une douche froide vendredi en ouverture de la 3e journée, battue (69-72) par une séduisante équipe de Gravelines qui pour l'occasion a signé son premier succès à l'Astroballe. Dans l'autre match avancé de la soirée, le Paris-Levallois s'est également imposé à l'extérieur, sur la parquet de Pau-Orthez (78-88).

Cette rencontre à Villeurbanne a vraiment proposé ce que l'on peut faire de mieux en ProA, tant en matière de jeu qu'en matière de suspense. Les Nordistes sont le mieux entrés dans la partie et n'ont jamais faibli. Malgré le show réalisé par Tony Parker lors du premier quart temps (13 points), Gravelines est en effet tloujours resté au contact (21-20, 10e). Le BCM a pris l'ascendant dans le deuxième quart-temps grâce à sa domination sous les cercles (39-42 à la pause) alors que Parker était sur le banc.

Avec le retour de TP, ménagé par son coach après une semaine durant laquelle il a dû honorer de nombreuses obligations, aussi bien aux Etats-Unis qu'en France, Villeurbanne a repris l'avantage, bien aidé par un excellent Edwin Jackson (20 points), mais aussi de Bangaly Fofana, dissuasif dans la raquette (61-52, 30e). Mais la domination exercée par Gravelines aux rebonds (43 à 34 dont 22 à 10 offensifs) et sa pression défensive ont fini par user Villeurbanne qui a cédé dans le money-time. Insolent d'adresse, Juby Johnson (17 points dont 11 dans le dernier quart-temps) a permis à son équipe de revenir à hauteur de son hôte (63-63) avant que Yannick Bokolo et Andrew Albicy ne fassent la différence aux lancers-francs. Alors que les joueurs de l'ASVEL, où seul Phil Goss contribuait à maintenir le score, semblaient particulièrement émoussés.

La formation nordiste, qui a remporté le premier succès de son histoire à l'Astroballe, a ainsi pris sa revanche sur l'Asvel qui l'avait dominée il y a trois semaines à Vilnius (Lituanie) lors du tour préliminaire de l'Euroligue.Les hommes de Christian Monschau confirment par ailleurs leur statut de favori du championnat.

Paris a la peau de Pau

Le Paris-Levallois, encore une fois très offensif, n'a pas fait de quartier face à Pau-Orthez. Si les Béarnais ont bien débuté la rencontre, les Parisiens ont ensuite passé la vitesse supérieure, à l'image d'un intenable Chatfield (26 points), et avec surtout 50% de réussite aux tirs. Pau-Orthez a perdu pied petit à petit malgré un bon duo Mendy (20 pts)-Gipson (19 pts).

Déclarations

Christian Monschau (entraîneur de Gravelines) : "Je suis très content de notre performance collective et de notre défense dans le dernier quart-temps. Nous avons réalisé une bonne première période à l'exception des deux dernières minutes qui auraient pu nous coûter cher. Nous avons alors remis l'Asvel dans le match sur des stupidités".Pierre Vincent (entraîneur de Villeurbanne) : "Il faut qu'on prenne conscience que pour gagner des matchs, il faut arrêter de donner des secondes chances à notre adversaire. L'équipe de Gravelines est à 36% de réussite, mais elle tire 14 fois de plus que nous. Le rebond est le secteur de jeu où nous sommes en difficulté. Ce n'est pas nouveau. Un joueur comme Ronny Turiaf nous changerait la vie sous les cercles. Mais j'ai l'habitude de faire avec les choses que je contrôle et là je ne contrôle pas son arrivée à Villeurbanne Tony Parker n'était pas certain de disputer le match. Il avait un problème au dos ce matin car il a eu une vie compliquée ces derniers jours".