Mickael Gelabale
Mickael Gelabale | PATRICK HERTZOG / AFP

Victoire probante pour les Bleus

Publié le , modifié le

Avec une défense de fer et un Boris Diaw digne de son statut de champion NBA, la France a signé une victoire probante sur l'Australie (73-50) pour son dernier match de préparation à la Coupe du monde messieurs de basket, dimanche à Strasbourg.

Ce succès est rassurant à quelques jours du premier match du Mondial face au Brésil samedi prochain à Grenade (Espagne). Les champions d'Europe ont réussi là le match le plus complet de leur préparation. Soucieux de finir sur une bonne note, après le succès péniblement arraché la veille devant la Finlande (74-69), les Bleus ont mis d'emblée une intensité qu'on n'avait pas encore vue dans leur jeu. Le capitaine Boris Diaw (17 points, 5 rebonds, 2 passes décisives) a montré l'exemple des deux côtés du terrain. En défense, il a parfaitement contrôlé son adversaire direct David Andersen, et en attaque il a été particulièrement agressif. L'intérieur des San Antonio Spurs, réputé pour son altruisme, n'a pas hésité à prendre les tirs et jouer les uns contre uns. Après dix minutes de jeu, il avait déjà inscrit 10 points et la France menait 21-15.

Sans Diaw ni Nicolas Batum, les Bleus ont été ensuite plus laborieux offensivement. Mais ils n'ont pas connu leurs habituels trous d'air, la défense  tenant le coup. Joffrey Lauvergne, préféré dans le cinq de départ à Ian Mahinmi, transparent contre la Finlande, a permis à la France de finir fort la première période, en profitant d'offrandes d'Antoine Diot et de Diaw (36-28, 20e). Ce dernier, malgré quelques pertes de balle - toujours le péché mignon des Bleus - n'a pas ralenti de rythme dans le troisième quart-temps, bien secondé  par un Batum jouant très juste (12 pts, 6 rds, 2 pds).

Impeccables défensivement, les Tricolores ont pris 12 points d'avance (47-35, 28e). Pour la première fois dans cette préparation, ils ont réussi à rester constants pendant 40 minutes. Deux tirs primés de Diot et d'Evan Fournier leur ont permis de creuser un  vrai écart (56-40, 34e), les intérieurs français se montrant également beaucoup plus présents que samedi. Très maladroits, les Australiens n'ont plus été en mesure d'inquiéter la France. Et Vincent Collet s'est permis de donner du temps de jeu à tout le monde dans les dernières minutes.

AFP