Barcelone Panathinaïkos Navarro Nicholas 032011
Juan Carlos Navarro (Barcelone) défend sur Drew Nicholas (Panathinaïkos) | AFP - LLUIS GENE

Une Euroligue très convoitée

Publié le , modifié le

L'automne a posé ses feuilles sur la vieille Europe. Le basket a lui repris sa place dans le grand calendrier du sport. Après la Pro A, c'est la rentrée en l'Euroligue. Le gratin continental promet de nouvelles joutes et une certaine incertitude demeure quant à l'impact des joueurs NBA revenus en Europe pendant le lock-out. Si le Pana est candidat à sa succession, il devra se méfier du retour du CSKA et de Barcelone. Nancy ne rêve lui que d'un billet pour le top 16.

CSKA Moscou vs Barça
Le CSKA reste sur une saison cauchemardesque où, après huit participations de suite au Final Four, un record, il n'a même pas franchi le premier tour. La crise économique était passée par là mais le club russe a retrouvé des moyens cet été comme en témoigne son recrutement, juste énorme. Le champion 2006 et 2008 a d'abord rapatrié Kirilenko après dix ans en NBA. Il a recruté aussi les Serbes Teodosic et Krstic ainsi que Mejia et Lavrinovic pour renforcer une équipe dont l'ossature (Shved, Khryapa,...) est fournie par la sélection russe, troisième du dernier Euro. Sur le papier, le CSKA est l'incontestable favori N.1. Reste à voir si la mayonnaise prend entre toutes ses vedettes. Absents du Final Four à domicile en mai dernier alors qu'ils étaient tenants du titre, les Blaugrana veulent leur revanche et peuvent y prétendre. Ils ont perdu Rubio mais ont recruté avec Huertas et Eidson deux joueurs à tempérament offensif pour renforcer un effectif opulent toujours emmené par Navarro, MVP du dernier Euro. Le Barça emmène un contigent de cinq équipes espagnoles qui peuvent toutes prétendre aux quarts de finale. 

La NBA brouille les cartes
La crise économique a finalement fait moins de dégâts qu'on pouvait le craindre chez les clubs grecs. L'Olympiakos, finaliste 2010, a certes laissé quelques plumes et a vu partir Teodosic. Mais ça reste solide, tout comme l'effectif du Panathinaïkos qui a conservé son axe fort Diamantidis-Batiste, décisif pour gagner le dernier titre à Barcelone en mai. Le Pana enregistre aussi le retour du vieux grognard Jasikevicius, dont l'expérience sera utile. Finaliste sortant, le Maccabi Tel-Aviv fait figure de principal outsider aux côtés des clubs turcs (Fenerbahçe, Efes, Galatasaray), les Espagnols du Real Madrid et de Vitoria ou encore les Italiens de Sienne. Le Maccabi a perdu Eidson mais recruté Papaloukas et Farmer et peut toujours compter sur la science de son entraîneur David Blatt pour viser un premier titre depuis 2005. La grève aux Etats-Unis n'a pour l'instant pas encore provoqué un exode massif de joueurs mais ils sont suffisamment nombreux à avoir trouvé refuge en Europe pour créer le bazar s'ils doivent repartir en NBA. A l'inverse, si jamais toute la saison NBA est annulée, les cartes vont également être redistribuées. Les frères Gasol par exemple ont déclaré qu'ils allaient dans ce cas s'engager avec Barcelone, qui serait alors tout de suite le grand favori pour le titre.

Le CSKA frappe d'entrée
Avec son recrutement presque indécent (Teodosic, Siskauskas, Kirilenko, Khryapa et Krstic), le CSKA Moscou a parfaitement commencé son opération reconquête de l'Europe en s'imposant 87-74 sur le parquet de Kaunas. De retour en Russie après dix ans en NBA, Andrei Kirilenko a d'entrée sorti un match d'anthologie (17 points, 15 rebonds, 5 passes pour un superbe 37 d'évaluation en 32 minutes). Il a été assisté par le Serbe Milos Teodosic (16 points, 8 passes) et le jeune arrière russe Aleksey Shved (19 points) qui confirme son superbe Euro.

Nancy, objectif Top 16Comme l'an dernier, il n'y aura qu'un seul représentant français en Euroligue. Nancy y sera en qualité de champion de France, Cholet, Villeurbanne et Gravelines n'ayant pas passé le cut du tournoi préliminaire. Si aucun pensionnaire de Pro A n'a réussi à s'extraire des poules depuis 2006, rien n'est impossible. Le Sluc devra ainsi s'inspirer du parcours des Choletais, passés à deux doigts du bonheur l'an dernier. Ne pas avoir de complexe et ne rien regretter. Motif d'espoir pour les Couguars, la poule A n'est pas la plus relevée. Si l'Olympiakos, Vitoria et Fenerbhçe sont un cran au dessus, la 4e et dernière place qualificative pour le top 16 semble jouable face aux Italiens de Cantu et aux Espagnols de Bilbao. 

"Ce groupe n'est pas plus facile, clame l'entraîneur Jean-Luc Monschau. Bilbao et Cantu, dont on me dit que ce sont les équipes les moins fortes, sont pour moi énormes. Je ne parle même pas de Vitoria et encore moins d'Olympiakos ou de Fenerbahçe. Mais je ne veux pas être défaitiste, on va se battre." Le premier déplacement à Cantu aura d'ailleurs valeur de test pour les Lorrains dont la défense, vertu capitale en Euroligue, donne déjà des signes positifs. Et avec l'arrivée de Nicolas Batum, Nancy a des ailes pour décoller...

Le tableau de bord de l'Euroligue 2011-2012

Les groupes
Groupe A: Olympiakos Le Pirée (GRE), Vitoria (ESP), Fenerbahçe (TUR), Bilbao (ESP), Cantu (ITA), Nancy (FRA)
Groupe B: Panathinaïkos Athènes (GRE), CSKA Moscou (RUS), Malaga (ESP), Zalgiris Kaunas (LTU), Bamberg (GER), KK Zagreb (CRO)
Groupe C: Real Madrid (ESP), Maccabi Tel-Aviv (ISR), Partizan Belgrade (SRB), Efes Istanbul (TUR), Milan (ITA), Charleroi (BEL)
Groupe D: FC Barcelone (ESP), Sienne (ITA), Kazan (RUS), Gnynia (POL), Ljubljana (SLV), Galatasaray (TUR)

La formule
La saison régulière consiste en quatre groupes de six équipes dont les quatre premiers sont qualifiés pour le Top 16. Cette deuxième phase qualifie les deux premiers de chacun des quatre groupes pour les quarts de finale, disputés au meilleur des cinq manches. Les vainqueurs des quarts de finale participent au Final Four qui en un week-end décide du champion d'Europe 2012.

Le calendrier
Saison régulière: du 17 octobre au 22 décembre
Top 16: du 18 janvier au 1er mars
Quarts de finale: du 21 mars au 5 avril
Final Four: du 11 au 13 mai à Istanbul

Les dix derniers champions
2011 - Panathinaïkos (GRE)
2010 - FC Barcelone (ESP)
2009 - Panathinaïkos Athènes (GRE)
2008 - CSKA Moscou (RUS)
2007 - Panathinaïkos Athènes (GRE)
2006 - CSKA Moscou (RUS)
2005 - Maccabi Tel Aviv (ISR)
2004 - Maccabi Tel Aviv (ISR)
2003 - FC Barcelone (ESP)
2002 - Panathinaïkos (GRE)