Euroligue Finale Panathinaïkos Maccabi Schortsanitis 052011
Le joueur du Panathinaïkos Sofo Schortsanitis face à la menace du Maccabi | AFP - Josep Lago

Sixième titre pour le Panathinaïkos Athènes

Publié le , modifié le

Le Panathinaïkos Athènes a remporté l'Euroligue masculine en battant le Maccabi Tel-Aviv (78-70) en finale dimanche à Barcelone. C'est le sixième titre européen pour le Pana qui rejoint le CSKA Moscou à la deuxième place du palmarès de tous les temps, à deux longueurs du record de huit victoires du Real Madrid, battu dans le match pour la troisième place par Sienne (80-62).

Quintuple champion d'Europe, le Maccabi postulait également pour égaler Moscou, avant de caler en finale pour la troisième fois de suite après 2006 et 2008, étouffé par la défense du Pana qui a tenu la meilleure attaque de l'Euroligue à 70 points.

Dans un duel âpre et défensif joué dans une ambiance magnifique, le club grec a fait la différence dans le troisième quart-temps alors que le Maccabi, incroyablement maladroit de près, venait de passer en tête pour la deuxième fois (35-36, 23e). Deux paniers primés de Sato ont enclenché une série qui allait permettre aux Verts de creuser le premier écart significatif du match (51-40, 28e). Ils l'ont conservé, non sans frayeurs, grâce à Nicholas (14 points) notamment, pour terminer le travail de sape entrepris dès le début de match par Diamantidis et Batiste.Ces deux joueurs raflent leur troisième Euroligue personnelle aux côtés des autres historiques, Fotsis et Tsartsaris, et ont encore été décisifs dimanche.    

Elu meilleur joueur de la saison samedi, Diamantidis (16 points, 9 passes, 5 rebonds) a orienté les débats du début à la fin, trouvant en Mike Batiste, déménageur des raquettes, le parfait exécuteur de ses passes (18 points, 6 rebonds).  Alors que le Pana tremblait au moment de conclure, ce sont eux qui ont libéré, à une minute du terme, le peuple vert sur un nouveau caviar du "Diamant" pour son compère, offrant ainsi à leur entraîneur Zeljko Obradovic une huitième C1, plus que n'importe quel joueur et deux fois plus que n'importe quel autre entraîneur.

Devenu un spécialiste des années impaire, avec ce nouveau succès, le champion de Grèce s'affirme définitivement comme la meilleure équipe de ce début de siècle puisqu'elle a gagné cinq de ses six titres lors des onze dernières années (1996, 2000, 2002, 2007, 2009, 2011).

Réactions

Zeljko Obradovic (entraîneur du Panathinaïkos Athènes): "Je suis très heureux, une fois de plus mon équipe est championne  d'Europe. Au début de la saison, on a perdu des joueurs importants. Quand  Pekovic, Spanoulis et Jacikevicius sont partis, beaucoup disaient qu'on  n'allait même pas arriver au Final Four. Pour nous, c'était une motivation  supplémentaire. On travaille très dur pour voir comment on allait se  débrouiller. Aujourd'hui, on est champion, à nouveau. Je félicite mes joueurs.  On a été très nerveux en début de match. On a bien mieux joué ensuite, on a  dominé, contrôlé, sauf les deux dernières minutes où quelques pertes de balle  stupides ont donné au Maccabi une opportunité de revenir. Ce soir, on retourne  à Athènes pour fêter ça. Mais dès mardi, on va se remettre au travail car il y  à une autre finale (Coupe de Grèce) qui nous attend samedi contre l'Olympiakos."
Dimitris Diamantidis (capitaine du Panathinaïkos et MVP du Final Four): "Il  y a tellement de choses qui se bousculent dans ma tête, je suis si heureux.  Mais le plus important, c'est qu'on amène un peu de bonheur à notre pays et  notre peuple qui a tellement souffert ces derniers temps. On parle de moi, mais  moi, je vois seulement qu'on joue et qu'on gagne ensemble, avec toute l'équipe."
Chuck Eidson (joueur du Maccabi Tel-Aviv): "On avait une occasion en or et  on l'a laissé passer. C'est difficile à avaler, c'est décevant, forcément. Je  pense que si Doron Perkins avait été là, avec nous, on les aurait battus mais  c'est comme ça. Le Pana est une bonne équipe et en a profité."

Fiche technique

Euroligue messieurs - Finale -  A Barcelone (Palau Sant Jordi): Panathinaïkos Athènes bat Maccabi Tel-Aviv 78 à 70 (22-15, 11-15, 21-13, 24-27)
Arbitres: MM. Mitjana (ESP), Lottermoser (GER), Lamonica (ITA)
Spectateurs: 15.768
      
Panathinaïkos:
29 paniers (dont 6 sur 19 à trois points) sur 56 tirs - 14 lancers francs sur 24 - 37 rebonds (Fotsis et Sato 7) - 19 passes décisives (Diamantidis 9) - 6 interceptions - 15 balles perdues - 24 fautes personnelles
Marqueurs: Maric (2), Perperoglou (2), Batiste (18), Fotsis (5), Sato (13), Nicholas (14), Tsartsaris (0), Diamantidis (16), Vougioukas (4), Calathes (4)
      
Maccabi Tel-Aviv:
24 paniers (dont 7 sur 22 à trois points) sur 65 tirs - 15 lancers francs sur 20 - 31 rebonds (Eidson 7) - 16 passes décisives (Pargo 9) - 8 interceptions - 11 balles perdues - 26 fautes personnelles
Marqueurs: J. Pargo ()12, Hendrix (0), Sharp (0), Bluthenthal (14), Eliyahu (12), Pnini (8), Burstein (0), Eidson (17), Macvan (3), Schortsanitis (4)

Christian Grégoire