Tony Parker
Tony Parker. | MIKA KYLMÄNIEMI / LEHTIKUVA / AFP

Serbie-France: Les Bleus prennent une claque

Publié le , modifié le

Opposés au vice-champion du monde, la Serbie, les Bleus de Vincent Collet ont subi une défaite en forme de rappel (73-63). Si l'équipe de France restait sur deux nets succès face à la Russie et à la Serbie, elle a souffert dans la salle surchauffée de Belgrade.

Vincent Collet avait programmé le match face aux Serbes pour deux raisons: goûter à une ambiance hostile et affronter le vrai très haut niveau. Il a été servi. A Belgrade, ses Bleus ont souffert et vont revenir en France après une défaite de dix points dans les bagages (73-63). Rien d'alarmant, plutôt une belle piqûre de rappel qui va sans douter servir au staff français pour mobiliser d'autant plus son groupe. Dans cette partie, les raisons de la défaite ne sont pas spécialement compliquée à trouver puisque les partenaires de Tony Parker ont shooté à 37% et perdu 24 ballons !

Panne offensive

Après un début à leur avantage (9-2), les Bleus ont été mis en échec par l'agressivité des Serbes en défense, dans un sorte de "remake" inversé du match de vendredi en Lorraine. Un peu statiques, n'osant pas prendre les shoots, les Français se sont laissés dépasser à la fin du premier quart-temps (20-19), puis distancer à la mi-temps (41-33). Ils sont revenus à quatre points au cours du troisième quart-temps (45-41) mais, faute d'adresse (36% seulement à 2 points) et à cause d'un trop grand nombre de ballons perdus, ce léger mieux n'a duré que quelques minutes, les Serbes reprenant le large dès le début du dernier quart-temps pour s'imposer  nettement. Dans ce contexte de disette offensive, un joueur a marqué des points en vue  de la sélection définitive pour l'Euro: Evan Fournier. Le jeune arrière  d'Orlando, en balance avec Charles Kahudi et Thomas Heurtel pour la douzième et  dernière place, a fait une bonne entrée en première mi-temps, marquant en peu de temps trois paniers à trois points.

Il reste six matches de préparation aux Bleus pour trouver la régularité, notamment offensive, le prochain à Nantes, vendredi face à l'Ukraine.