Akingbala et Samnick
Akingbala et Samnick en défense | AFP - RAFA RIVAS

Sans Batum, Nancy flirte avec l'exploit

Publié le , modifié le

Pour le premier match de Nancy sans Nicolas Batum, l'équipe a subi une défaite à Bilbao (97-75) lors de la 7e journée d'Euroligue. Longtemps au coude à coude et plein de courage en défense, avec Shuler et Moerman exceptionnels en attaque, le SLUC a fini par craquer, notamment après une longue pause consécutive à des chamailleries entre Badiane et D'Or Fisher, tous deux exclus. Les Nancéiens, vainqueurs à l'aller de 14pts, ont encore l'espoir d'atteindre le Top 16.

Nicolas Batum parti, Nancy se trouve démuni à l'heure du sprint vers le Top 16 d'Euroligue. D'une part, le talent du joueur de Portland est unique dans ses numéros de soliste, mais il avait eu en plus l'intelligence et la qualité de faire jouer ses coéquipiers. D'une part pour leur faire profiter de l'attention qui lui était portée, d'autre part pour ne pas déséquilibrer un collectif appelé à jouer sans lui à un moment ou à un autre. Bien conscients qu'il leur fallait en faire beaucoup plus à Bilbao, les Nancéiens ont rapidement montré leurs intentions.

Comme toujours dominés en taille, ils ont tout de suite couru et sauté partout, se démultipliant, s'agitant, face à une équipe espagnole obligée de s'imposer dans une poule A où chaque match résonne comme un couperet. Forcément, les fautes s'accumulaient rapidement. Mais les hommes de Jean-Luc Monschau conservaient leur goût des contre-attaques rapides, ajoutant une forte dose de tentatives à longue distance. Déjà en vue lors de la défaite à Fenerbahçe alors que Batum et Akingbala étaient sous surveillance, Shuler se chargeait de répondre au tir à 3pts de Blums (5-3), et même s'il ratait deux fois la cible, imité une fois par Moerman, il ne se désespérait pas, retrouvant la bonne distance pour ramener Nancy à une longueur (17-16). Très présent en défense avec aussi le petit meneur Linehan, Shuler voyait ses coéquipiers se hisser au niveau. C'est d'abord Moerman qui réglait la mire à 3pts pour offrir une égalité (19-19) à 1'30" du terme du 1er quart-temps, avant que Grant ne donne l'avantage aux Lorrains pour la première fois du match à une minute (22-19). Malheureusement, Roger lui répondait pour finir ce premier acte à (22-22). 

Moerman et Shuler leaders en attaque

Dans le coup alors que l'enfer basque leur était promis, les Nancéiens prenaient confiance, à l'image d'un Grant enfin précis de loin (25-22), et d'un Moerman qui prenait la succession de son copain Batum (30-28). Le jeu s'emballait, ce qui n'était pas pour déplaire aux Lorrains, qui parvenaient à la pause, avec un dernier contre d'Amagou, avec une longueur de retard (40-39). Ce scénario ne changeait pas après la pause, Moerman confortant son titre de fine gâchette pour répondre coup pour coup à Mumbru ou Roger, mais à 4'40 de la fin du 3e quart-temps, Akingbala regagnait le banc après sa quatrième faute. Privé de sa principale arme dans la raquette, Nancy devait encore une fois trouver un système D pour s'en sortir. Et à l'image d'un vol spectaculaire du duo Shuler-Linehan dans les mains de Roger, auteur de la faute sous son panier, l'équipe française y parvenait. Et quand Roger aggravait la marque à 3pts (59-53), Shuler lui répondait aussitôt (59-56). Et le N.8 lorrain permettait à son équipe de ne pas perdre pied, avec deux paniers en total déséquilibre. A la fin du 3e quart-temps, l'écart était de 7 points (69-62).

Mais il montait pour la première fois à dix unités sur un panier longue distance de Vasiliadis, le deuxième de suite (72-62). Face à une pression extrême sur les extérieurs, le SLUC trouvait la parade par deux fois avec un Badiane bien démarqué sous le panier (72-66), avant de forcer le coach de l'équipe ibère à prendre un temps mort à la suite d'une remontée de Lopez trop ralentie par la défense lorraine (à 7'32 de la fin du match). Cela permettait à Shuler de partir en pénétration pour placer un panier par dessus le grand D'Or Fisher (72-68). Mais Josh Fisher redonnait de l'air aux siens (75-68). L'ambiance devenait électrique, surtout lorsque Badiane, victime d'une faute de Vasiliadis qui avait un geste d'énervement, poussait le joueur de Bilbao. Aussitôt, D'Or Fisher venait s'en prendre au Français, qui le repoussait. Après plusieurs minutes d'examen de la vidéo, l'arbitre décidait d'exclure Badiane et D'Or Fisher, et d'infliger une faute aux Basques, puis une technique aux Lorrains, qui perdaient donc la balle sur la remise en jeu (79-69). Cette interruption coupait le rythme de Nancy, et redonnait de l'élan aux Espagnols, soutenus par leur public, avec un 3pts de Josh Fisher qui offrait un écart de 15 points, soit mieux que la défaite subie en Lorraine (84-69 à 4"30 de la fin). Et une interception de Vasiliadis arrivait au plus mauvais moment, à 3 minutes de la fin du match (89-71). Banic enfonçait un peu plus le clou face à un collectif réduit dans ses rotations.

Une défaite lourde de conséquences ?

Et alors qu'il avait réalisé une très bonne partie, Moerman (16pts, 3rbds) se lançait dans un dunk retourné après un contre, mais il le ratait à une minute de la fin de la rencontre, alors que cela pouvait ramener le SLUC à (-15). Cette erreur laissait Nancy derrière, et la défaite à l'arrivée de 22 points (97-75) redonnait l'avantage aux Espagnols, en cas d'égalité avec Nancy à la fin de cette phase. Et dans ce groupe A très serré, ce scénario n'est pas à exclure. 

Avec seulement un point de retard à la pause, un collectif qui s'est bien battu et qui a osé, ne craquant en fin de match surtout à cause d'un manque de banc et des longues minutes consécutives à cette échauffourée, Jean-Luc Monschau a quelques motifs de satisfaction. Jamal Shuller termine meilleur marqueur de la rencontre (19pts, 4rbds, 3 passes), Moerman a tourné à 4/8 à 3pts, mais Akingbala aurait certainement pu être mieux servi, surtout en fin de match, ne finissant qu'avec 9pts et 5 rebonds. Des progrès à faire, voilà qui laisse des espoirs pour ouvrir les portes du Top 16. Et son équipe peut survivre au départ de Nicolas Batum.

La 7e journée d'Euroligue

Groupe A
Bilbao (ESP) - Nancy (FRA) 97-75
Fenerbahçe (TUR) - Olympiakos (GRE) 86 - 70
Cantu (ITA) - Vitoria (ESP) 71 - 68
Classement:
1. Cantu 11 pts
  . Fenerbahçe 11 pts
  . Vitoria  11 pts
4. Bilbao 10 pts
  . Nancy 10 pts
  . Olympiakos 10 pts
Groupe B
Kaunas (LTU) - Malaga (ESP) 67 - 65
Bamberg (GER) - CSKA Moscou (RUS) 78 - 81
Panathinaïkos (GRE) - Zagreb (CRO) 94 - 76
Classement:
1. CSKA Moscou 14 pts
2. Panathinaïkos 12
3. Malaga 10
4. Bamberg 9
  . Kaunas 9
  . Zagreb 9
Groupe C
Charleroi (BEL) - Efes Istanbul (TUR) 62 - 66
Partizan Belgrade (SRB) - Maccabi Tel Aviv (ISR) 74 - 71
Milan (ITA) - Real Madrid (ESP) 65 - 72
Classement:
1. Maccabi Tel Aviv 12 pts
  . Real Madrid 12  
3. Efes Istanbul  11
  . Partizan Belgrade  11 
5. Milan 9
6. Charleroi 8
Groupe D
Kazan (RUS) - Galatasaray (TUR) 72 - 61
Ljubljana (SLO) - Sienne (ITA) 57 - 63
Gdynia (POL) - FC Barcelone (ESP) 45 - 76
Classement:
1. FC Barcelone 14 pts
2. Sienne 12
  . Kazan 12
4. Galatasaray 10
5. Ljubljana 8
6. Gdynia 7

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze