Villeurbanne surclasse Gravelines: 81-60

Villeurbanne surclasse Gravelines: 81-60

Publié le , modifié le

Obligé de s'imposer pour revenir dans le Top 8 qualificatif pour les playoffs en fin de saison, Villeurbanne n'a laissé que des miettes à Gravelines lors de la 24e journée de ProA (81-60). Sous la houlette d'Edwin Jackson (22 pts) et de Chris Wright (14 pts), l'Asvel a pris feu au coeur du 2e quart-temps face à des Nordistes hors-sujet.

Villeurbanne n'a pas craqué. Rejeté du Top 8 suite aux victoires de Chalon et Orléans ce week-end, l'Asvel a réalisé un match plein pour reprendre le dernier strapontin qualificatif pour les playoffs en fin de saison. Propres sur les fondamentaux et appliqués dans la mise en place de leurs systèmes de jeu, les hommes de Pierre Vincent n'ont laissé Gravelines espérer que cinq minutes. Eliminés de la course aux phases finales,  sûrs de rester dans l'élite à l'issue de la saison, les protégés de Christian Monschau restaient pourtant sur trois succès consécutifs. Sur le parquet de l'Astroballe, ils ont même ouvert le score. Un feu de paille.

Jackson-Wright, duo gagnant

Actuel deuxième meilleur marqueur de ProA et MVP français la saison dernière, Edwin Jackson pose sa patte sur le match dès les premières minutes (8 pts dans le 1er quart-temps). A la mène, Chris Wright impose le bon tempo. Les Rhôdaniens déroulent leur basket à la perfection (17-4, 7e). Dans le camp adverse, seul Ousmane Camara tient la comparaison. L'intérieur du BCM inscrit les six premiers points de son équipe pour un total de 8 points et 4 rebonds à 100% de réussite après 10 minutes de jeu. Il maintient les Nordistes à flots. Profitant du mauvais relais des remplaçants villeurbannais, les coéquipiers du pivot nordiste sortent de leur torpeur. Deux banderilles primées de Diabaté et Rousselle remettent les visiteurs dans le match.

Sur un beau mouvement ligne de fond, Lewis leur redonne l'avantage (21-22, 12e). Le duo Jackson-Wright revient alors aux affaires. L'arrière français téléguide une roquette longue distance (24-22, 13e). Son coéquipier américain enchaîne contre, interception et quatre points consécutifs (32-22,16e). La fusée verte a définitivement quitté l'atmosphère. Gravelines, lui, est resté sur terre. Cosmonaute en chef, Jackson reste une éternité en l'air pour planter un imparable jump shot et sceller un 19-0 en faveur des siens (40-22, 18e). Les Gravelinois n'y sont plus. Sur la dernière action de la première période, Larrouquis peut se balader dans la défense des Orange et Bleu pour servir Wright dans un fauteuil (49-28, 20e).

Trois matches à haut risque

Dans le second acte, les locaux se contentent de gérer leur avance. Wright se refroidit (14 pts, tous en 1ère mi-temps). L'Américain la joue bon père de famille en gérant l'avance acquise par ses troupes. Edwin Jackson ne l'entend pas de cette oreille et poursuit son festival (22 pts à 9/14 aux tirs dont 3/6 à 3 points). En face, Camara le challenge dans un tout autre style (19 pts, 7 rbds à 8/11 aux tirs). Symboles des difficultés nordistes du soir, la réussite longue distance est désastreuse (5/25), tout comme celle de Gray (7 pts à 1/7 aux tirs). A l'inverse, Villeurbanne régale son public avec un jeu à trois Wright, Joseph, Sy pour un dunk mammouth de "l'Amiral" (35e). L'Asvel efface ainsi la défaite sur le fil à Chalon lors de sa dernière sortie et double son dernier bourreau au classement. Huitième, le club dont Tony Parker deviendra président à la fin de la saison devra montrer la même détermination à l'occasion de ses déplacements au Mans et à Paris ou encore de la réception de Limoges. Trois rencontres périlleuses sur la route des playoffs pour les demi-finalistes en titre...

La feuille de match
L
e classement de ProA

Jerome Carrere