Paccelis Morlende, Asvel, Villeurbanne
Paccelis Morlende à l'attaque du cercle | JOEL PHILIPPON/PHOTOPQR/LE PROGRES

Villeurbanne-Roanne (67-58)

Publié le , modifié le

Villeurbanne a remporté le derby face à Roanne à l'occasion de la 9e journée de ProA (67-58). Cette 4e victoire lors des 5 derniers matches de Championnat permet à l'Asvel de revenir à une victoire de la zone des playoffs. Au contraire, la Chorale reste à portée de tir de la zone rouge, un succès devant Gravelines-Dunkerque, première équipe relégable.

Villeurbanne va beaucoup mieux. Défaits lors de leurs quatre premières sorties en ProA, les hommes de Pierre Vincent ont bien redressé la barre pour enchaîner 4 victoires en 5 matches. Petite satisfaction supplémentaire, la quatrième a été arrachée aux dépens de Roanne, dans un derby aux deux visages. Incapables de s'imposer à l'extérieur depuis le début des hostilités en championnat, les protégés de Luka Pavicevic ont confirmé leurs difficultés hors de leurs bases. Avant-dernière attaque et adresse aux tirs de l'élite, la Chorale avait pourtant réalisé une très bonne première mi-temps à l'Astroballe, avant de retomber dans ses travers. En tête à la pause sous l'impulsion d'un Sangaré intenable face à son ancien club (10 pts, record de la saison), les Roannais profitaient des pannes offensives de leurs hôtes. Très actifs, Amara Sy et Edwin Jackson (16 pts) permettaient aux leurs de ne pas couler, ce dernier offrant notamment un superbe caviar d'une main à Joseph pour recoller une première fois (17-17, 11e).

Adresse de rêve puis en berne pour Roanne

Quelques minutes plus tard, l'intérieur manquait un dunk facile, illustrant le nouveau passage à vide de sa formation (17-24, 14e). Ce petit jeu durait tout au long de l'acte inaugural. Supérieurs aux visiteurs dans le secteur intérieur, Sy (17 pts, 10 rbds) et Nsonwu (9 pts) remettaient les Verts sur la bonne voie mais les locaux pêchaient trop aux tirs pour espérer reprendre les devants (33% de réussite). A l'inverse, Amagou voyait son missile longue distance rebondir sur le cercle avant de rentrer (29-39, 19e). La Chorale n'en finissait plus de chanter un jeu offensif châtoyant (55% de réussite aux tirs) à l'image de ce drive de Lyons conclu par un reverse supersonique. Un trois points victorieux de Larrouquis laissait toutefois Villeurbanne à distance raisonnable (33-41). Manifestement, les visiteurs étaient en surchauffe. Au changement de côté, Roanne oubliait de rallumer la lumière. Si adroits pour débuter, les Ligériens ne trouvaient plus la mire.

Jackson tireur d'élite

Les intérieurs locaux poursuivaient leur festival, bien imité par Jackson. Le MVP de la saison dernière prenait un shoot du bout du monde. Les filets tremblaient, l'Astroballe aussi. Ses protégés venaient de reprendre l'avantage au score (47-45, 27e). En perdition, le navire roannais écopait quelques minutes avant de sombrer. L'antisportive contestée sifflée contre Morlende offrait même aux Villeurbannais une raison de passer la surmultipliée. Dans le camp d'en face, Samnick, Green et Sangaré égaraient le cuir au profit de Keselj, Wright et Jackson (61-53, 35e). Sangaré tentait bien de sonner la révolte et de se rattraper d'un joli dunk dans le trafic. Mais Joseph étouffait cette petite flamme d'une claquette-dunk violente sur la tête de Gradit (63-55, 37e). Sans voix, la Chorale courbait l'échine devant son meilleur ennemi rhodanien. Et lui permet de remonter au 10e rang, à un succès des playoffs. Sale soirée...

Jerome Carrere