ASVEL-Strasbourg
Strasbourg face à l'Asvel. | Maxppp - Jean-Marc Loos

Villeurbanne reprend des couleurs devant Strasbourg

Publié le , modifié le

Villeurbanne a obtenu dans sa salle le droit de s'offrir une 4e manche en finale de ProA en s'imposant largement contre Strasbourg de conclure (90-69) jeudi lors du troisième match. Après deux revers, l'ASVEL n'avait plus de joker. Elle a su profiter du réveil de ses leaders pour éteindre rapidement les espoirs de la SIG de conclure cette finale et de décrocher le titre.

Méconnaissable, l'équipe strasbourgeoise a raté une première occasion de plier l'affaire et a peut-être perdu son meneur Louis Campbell et son arrière Paul Lacombe, blessés en cours de match. Elle devra retrouver ses vertus, défensives notamment, pour enfin décrocher le trophée ne pas revivre les désillusions des trois précédentes finales, toutes perdues, contre Limoges (2014, 2015) et Nanterre (2013).

Lighty et Care en scoreurs

C'est d'ailleurs un ancien Nanterrois, David Lighty, qui a joué un vilain tour à la SIG jeudi. Décevant lors des matches N.1 et N.2, l'arrière-ailier américain a revêtu le costume du bourreau, comme il y a trois ans, en retrouvant son adresse diabolique. Artisan, avec le géant Darryl Watkins, d'un 17-0 qui a permis à l'Asvel de creuser l'écart dès le premier quart-temps (24-12), Lighty a continué sur sa lancée pour terminer les vingt premières minutes avec déjà 16 points au compteur (20 au total). Réputé pour sa défense, Strasbourg avait déjà encaissé 43 points à la mi-temps (30 marqués). L'addition se corsait encore lorsque Villeurbanne portait l'écart à vingt unités (52-32).

Resserrant les boulons dans la raquette, Strasbourg a ensuite peu à peu sorti la tête de l'eau. Les gradins ont même frémi lorsque Rodrigue Beaubois a ramené la marque à -8 (56-48). La SIG aurait pu réduire davantage le score, si l'ancien arrière de Dallas en NBA n'avait pas commis une perte de balle. Les Verts en ont profité, en s'appuyant sur le numéro d'équilibriste d'un autre diable américain, Casper Ware (19 pts), pour se redonner de l'air (66-50). Dans le dernier acte, c'est finalement le meneur US Trenton Meacham (13 pts), lui-aussi champion avec Nanterre et Lighty en 2013, qui a apporté la touche finale, mettant fin au suspense dans cette rencontre.

Strasbourg a dans ce match 3 péché dans les tirs extérieurs, exercices dans lesquels les Villeurbannais se sont cette fois régalés (12 sur 25 à trois points).  

Réactions​

JD Jackson (coach de Villeurbanne) : "Nous avons joué notre basket alors que Strasbourg n'a pas été dans le rythme, comme ce fut notre cas lors des deux premiers matchs. Les joueurs peuvent être fiers de pouvoir défendre leurs chances jusqu'au bout. Nous avons bien débuté la rencontre, avec une grosse défense. Mais en attaque, ce fut le jour et la nuit avec le match précédent. C'est très important d'avoir une qualité de jeu sous pression. Mais nous savons que Strasbourg va réagir. Chaque match doit être abordé avec la même urgence".

Vincent Collet (coach de Strasbourg): "Il nous a manqué beaucoup de chose ce soir. Nous avons été surclassés dans l'agressivité et nous avons perdu notre jeu très rapidement. Nous avons été beaucoup à l'arrêt et à la recherche de solutions individuelles. Nous avons certainement sous-estimé l'ampleur de la réaction de Villeurbanne et nous n'avons pas été aussi investi que lors des deux premiers matchs. Mais je ne pense pas que cette défaite va nous impacter. Villeurbanne sera à nouveau dos au mur, samedi, et il nous faut gagner encore un match. Le match de samedi ne sera pas très éloigné de celui de ce soir. La plus mauvaise nouvelle de la soirée, c'est la blessure musculaire de Louis Campbell au niveau des adducteurs ou des abdos. Sa participation pour la suite de la série semble très compromise. Je suis un peu moins pessimiste pour Paul Lacombe qui souffre d'une petite entorse à la cheville. Dans le pire des cas, il devrait pouvoir jouer le match 5."

Christian Grégoire