ProA ASVEL Chalon 052016
Ware (ASVEL) face aux Chalonnais | MaxPPP - Joel Philippon

Villeurbanne et Monaco obtiennent leur ticket pour les demi-finales

Publié le , modifié le

Monaco et Villeurbanne se sont tous deux qualifiés mardi pour les demi-finales de ProA. La logique a été respectée pour l'équipe de la Principauté qui est allée gagner largement à Nanterre (83-64) en quarts de finale retour après avoir déjà dominé le match aller. Villeurbanne qui, de son côté avait déjà fait l'essentiel à l'aller à Chalon, a confirmé en s'imposant (79-71) dans la deuxième manche. Monaco et l'ASVEL qui se retrouveront en demi-finale, rejoignent Strasbourg, qualifié la veille face à Pau-Orthez. Pour le quatrième billet, il faudra attendre le match d'appui mercredi entre Le Mans et Gravelines.

L'ASVEL solide en défense

Villeurbanne avait déjà contrôlé à l'aller l'armada offensive de Chalon, pourtant meilleure attaque du championnat, en la cantonnant à 65 petits points. Mardi lors du match retour à l'Astroballe, elle ne l'a encore une fois guère laissé respirer en s'imposant 79-71. Les Villeurbannais ont réitéré le gros travail défensif. Charles Kahudi, déjà performant lors du premier acte a confirmé ses bonnes dispositions en compilant 15 points, 7 rebonds et 7 fautes provoquées. L'arrière des Bleus a montré la voie à son équipe, qui a compensé son adresse décevante à deux points (18/47) par son activité sous le cercle (38 rebonds contre 33). C'est une énorme désillusion pour Chalon, qui a déjà subi deux revers en finale cette saison (Leaders Cup, Coupe de la Fiba).

Shuler porte Monaco

A Nanterre, l'ogre monégasque était vraiment affamé. Partis à cent à l'heure, les Monégasques ont toujours gardé la maîtrise de la rencontre. L'écart était déjà de neuf longueurs (44-35) à la mi-temps, grâce à un gros travail au rebond (22 contre 12) et l'apport précieux de Jamal Shuler (31 points au total). Par son adresse derrière l'arc (8/11), l'arrière américain a posé de gros problèmes à son ancien club. Il  continué son récital dans les troisième et quatrième quart-temps, relayé par un autre ancien Nanterrien, l'Ukrainien Sergiy Gladyr, auteur d'un dunk "sur la tête" de Jeremy Nzeulie (78-58).

Certes, toujours portés par cette ferveur qui les caractérise, les Franciliens ont eu des périodes très intéressantes, quelques réactions d'orgueil, mais trop sporadiques pour inverser la tendance, même s'ils sont revenus dans le 3e quart temps à quatre petits points, avant que es hommes de Mitrovic mettent un sérieux coup d'accélérateur pour faire une différence rédhibitoire.  

Christian Grégoire