Daequan Cook, Rouen
Le Rouennais Daequan Cook | PRESSEFOTO ULMER/MARKUS ULMER / DPA / DPA PICTURE-ALLIANCE/AFP

Top 10: les meilleures recrues étrangères de l'été

Publié le , modifié le

Cet été, la ProA a encore enregistré de nombreux mouvements. Comme de coutume, les recrues étrangères et surtout américaines sont nombreuses dans les dix-huit clubs de l'élite. A trois jours de la reprise, focus sur dix nouveaux venus ou revenants qui devraient animer ce Championnat de France 2014/2015.

Daequan Cook (Rouen)
Les joueurs de ProA comptant six ans de carrière et plus de 300 matches de NBA sont rares en ProA. Le nouvel arrière du club normand est de ceux-là. Avec Miami, OKC, Houston et Chicago, le shooteur de 27 ans a écumé les parquets outre-Atlantique dans le costume du sniper longue distance venu du banc (6,4 points et 2,1 rebonds en 18 minutes et 36% de réussite aux tirs primés). Vainqueur du concours d'adresse à trois points en 2009, Cook a dû partir en Allemagne pour démontrer qu’il était plus qu’un joueur unidimensionnel. Sous la liquette de Tubingen, il a rendu 12,9 points et 4,6 rebonds de moyenne.

Kyle Weems (Nanterre)
Reconnu aux Etats-Unis pour ses performances avec la fac de Missouri State, ce joueur capable d’évoluer aux postes 3 et 4 n’a pu franchir le cut de la draft NBA. L’Europe lui a ouvert ses bras et n’a pas eu à le regretter. Quart de finaliste de l’Eurochallenge avec Bonn, Weems a été élu meilleur débutant du championnat allemand dès son arrivée. Parti à Bayreuth, le natif de Topeka (Kansas) a rendu 14,8 pts et 5,5 rbds de moyenne la saison passée. Réputé pour son adresse et son leadership, Weems, 25 ans vient densifier une peinture déjà bien fournie avec Jaiteh et Passave-Ducteil. MVP du match des champions face à Limoges, il semble déjà avoir pris ses marques à la JSF.

L'intérieur Mouphtaou Yarou à l'attaque lors de sa dernière année à Villanova
L'intérieur Mouphtaou Yarou à l'attaque lors de sa dernière année à Villanova

Mouphtaou Yarou (Le Mans)
Erman Kunter a repéré l’intérieur béninois en Eurocup. Pensionnaire du club serbe de Radnicki, ce dernier avait tout ravagé dans la deuxième compétition européenne (17,1 pts, 13,1 rbds de moyenne) et causé du tort au Besiktas du technicien turc. La Ligue Adriatique a un peu mieux résisté (11,9 pts, 10,5 rbds), sans pouvoir stopper le prospect de l’université de Villanova. Gros jump, belles mains, ce francophone de 24 ans a tout pour faire régner ses 2,06 mètres sur les parquets français.

Zachery Peacock (Cholet)
20 points, 8 rebonds et 23 d’évaluation de moyenne en 41 matches. L’an passé, l’ailier formé à l’université de Georgia Tech a marché sur la ProB et propulsé Boulogne-sur-Mer dans l’élite. Elu MVP étranger, le joueur de 26 ans a frappé fort pour sa première apparition dans l’Hexagone. Auparavant, il avait exercé ses talents dans le championnat allemand, aux Francfort Skyliners notamment (15,4 pts et 5,2 rbs en 24 min). Dans le Nord de la France, Peacock avait la lourde tâche de succéder à Mam’ Jaiteh, auteur d’une saison monumentale. Il l’a accompli sans trembler

Marko Simonovic (Pau-Orthez)
Claude Bergeaud voulait un ailier à tout faire. « Défendre, prendre du rebond, driver, shooter et passer ». Etincelant face à la Croatie lors du tournoi pré-Mondial disputé à… Pau (24 pts à 9/10 dont 5/6 à trois points), l’international serbe de 28 ans habitué aux joutes européennes a su convaincre son futur employeur qu’il était l’homme de la situation. Vice-champion du monde cet été, l’ancien capitaine du Partizan Belgrade (5,3 pts, 2,7 rbds la saison dernière) n’a plus qu’à remettre le feu aux planches du Palais des Sports. Sous le maillot vert et blanc de l’Elan cette fois.

Ramel Curry monte au panier sous le maillot du Pana
Ramel Curry monte au panier sous le maillot du Pana

Ramel Curry (Limoges)
Il arrive du grand Panathinaïkos. Double champion de Grèce en titre, MVP de la dernière finale de Coupe de Grèce et quart de finaliste d’Euroligue la saison dernière sous le maillot du club au trèfle, l’arrière américain est une pointure. A 34 ans, Curry jouait le sixième homme de luxe du côté d’Athènes. Mais il a prouvé dans le championnat ukrainien, dont il fut double MVP (2011, 2012), qu’il pouvait assumer plus de responsabilités. A la peine en matches de préparation avec le CSP, le New-Yorkais doit hausser le ton.

Travis Bader (Villeurbanne)
Attention, gâchette en vue! De la main assassine du jeune arrière américain de 23 ans pourrait dépendre la saison de l’Asvel. Surnommé « Monsieur Triple » au pays de la balle orange, l’ancien élève de la petite fac d’Oakland, dans le Michigan, détient le record de tirs primés inscrits en NCAA. Le tireur d’élite a trouvé la mire à 503 reprises en quatre ans de carrière universitaire. Un poignet redoutable qui ne doit pas occulter d’autres qualités de basketteur, comme le prouvent ses statistiques (20,7 points, 2,7 rebonds et 1,4 passes en 38 minutes l’an dernier).

Le meneur américain Lionel Chalmers lorsqu'il jouait à Kuban
Le meneur américain Lionel Chalmers lorsqu'il jouait à Kuban

Lionel Chalmers (Châlons-Reims)
Un vieux briscard à l’oeil et aux mains encore aiguisés malgré ses 33 ans. L’an dernier, le cousin du NBAer Mario Chalmers a mené le Levski Sofia au titre de champion de Bulgarie (16 pts, 3,3 rbds, 3,1 passes en 32 minutes). Avant d’atterrir en Europe de l’Est, le meneur de jeu globe-trotter avait connu les joies de la ligue américaine durant 34 matches puis les charmes du Vieux Continent à l'AEK Athènes, Vitoria, au Benetton Trévise et au Lokomotiv Kuban où il a disputé une trentaine de rencontres continentales. « Il sait prendre un match à son compte », assure le coach champenois Nikola Antic.

Coleman Collins (Gravelines)
Où qu’il aille, l’intérieur américain applique le même tarif : 10 points-5 rebonds de moyenne minimum. La Chorale de Roanne peut en témoigner. Lors de la saison 2012/2013, le joueur élevé au bon grain de Virginia Tech était une de ses pièces majeures (10,6 pts, 7 rbds). En playoffs, il avait même été létal (18.3 pts, 7 rbds pour 22.3 d’évaluation). Mobile et adroit, Collins est un atout majeur pour un BCM en reconquête.

Darius Adams (Nancy)
Ca va flinguer chez les Couguars. Là où Adams passe, les filets trépassent. Meilleur scoreur du championnat allemand l’année dernière sous les couleurs de Bremerhaven (18 pts à 46%, 4 passes décisives, 4,1 rebonds et 1,9 interception pour 16,4 d’évaluation de moyenne), le meneur de 25 ans adore noircir la feuille de stats. Au Vénézuela, en Ukraine ou de l’autre côté du Rhin, il a toujours brillé par son apport offensif et son éclectisme. Le Palais des sports Jean Weille n’a pas fini de bénir l’ancien prodige de la fac d’Indianapolis.

Mais aussi: Jamar Smith (Limoges), Da’Sean Butler, Darryl Watkins (Châlons-Reims), Sam Dower, Kenny Boynton (Boulogne-sur-Mer), Scott Suggs, Elston Turner Jr (Chalon-sur-Saône), Romero Osby (Le Mans), Jamal Shuler (Nanterre), Morris Finley (Pau-Orthez), Steven Smith, O’Darien Basset (Bourg-en-Bresse)

Jerome Carrere

Championnat de France de basket - Jeep Elite