Strasbourg-Villeurbanne
. | Maxppp - Jean-Marc Loos

Strasbourg sous le signe de la revanche

Publié le , modifié le

Strasbourg retrouve Villeurbanne mardi, son bourreau de l'édition 2016, pour exorciser ses mauvais souvenirs et se qualifier pour une éventuelle cinquième finale de ProA Il y a près d'un an, l'Asvel renversait la SIG pour décrocher le 18e titre de son histoire, trois manches à deux après avoir été menée deux à zéro, au terme d'un scénario encore jamais vu dans le basket français. Strasbourg, qui court après le titre, espère passer cet obstacle pour enfin obtenir le trophée cette année.

Quatre joueurs et l'entraîneur Vincent Collet sont les derniers survivants de ce tremblement de terre à l'échelle du club alsacien, le premier à perdre quatre finales de Championnat d'affilée. Aujourd'hui, Strasbourg aborde la revanche avec le plein de confiance, et d'autres arguments à faire valoir pour faire chuter la "Green Team" qui, elle, s'appuie sur l'ossature de la saison dernière - sept de ses joueurs étaient de la finale 2016.
L'éclosion du meneur prodige Frank Ntilikina, titulaire à 19 ans, l'affirmation de l'arrière Paul Lacombe, désigné meilleure progression de la saison de ProA, ainsi qu'une défense plus efficace que l'année dernière (72,6 pts encaissés contre 73,6), sont autant d'atouts pour les Alsaciens qui arrivent lancés après avoir éliminé de coriaces Palois en quarts (2-1).

Mais s'il existe une équipe capable de renverser des montagnes dans ces play-offs, c'est bien Villeurbanne. Les champions sortants, après une saison régulière bien fade (8e), ont éliminé le grand favori Monaco (2-1), en allant s'imposer deux fois en Principauté, où l'ASM n'avait plus perdu depuis décembre ! Symbole d'une formation exaltée par les grands rendez-vous. 

Cette demi-finale reste toutefois des plus indécises puisque, en phase régulière, les deux équipes s'étaient neutralisées, chacune l'ayant emporté sur son parquet. 

Christian Grégoire