Strasbourg-Villeurbanne
. | Maxppp - Jean-Marc Loos

Strasbourg prend la première manche devant Villeurbanne

Publié le , modifié le

Strasbourg s'est imposé dans sa salle devant Villeurbanne (80-73) samedi dans le premier match de la finale de ProA. Mais ce fut très compliqué pour des Alsaciens qui, après un départ parfait, se sont mis à déjouer en remettant les Villeurbannais dans la partie. La SIG aura l'occasion de doubler la mise dès lundi, encore une fois à domicile, pour la 2e manche de cette finale (disputée au meilleur des cinq matches).

Si ce ne fut la belle ambiance du Rhenus, et l'intensité des débats, il était difficile d'imaginer, sur le plan de la qualité technique, que l'on disputait là une finale avec à la clé un titre de champion de France, tant de chaque côté, il y eu de déchets dans le jeu, Alors bien sûr le départ canon de Strasbourg, étouffant complètement des Villeurbannais au comble de la maladresse, laissait entrevoir une partie plutôt ouverte. Avec un avantage conséquent après le premier quart-temps (28-9), faisant honneur à leur statut de favori, les Alsaciens avaient de quoi voir venir et pouvaient lâcher la bride. Ce fut le contraire qui se produisit. Bizarrement, ils perdaient le fil, et ne trouvaient plus de solutions faciles. Chaque point devenait plus laborieux à construire même s'ils pouvaient compter sur l'omniprésence de Collins (19 points, 8 rebonds, 7 passses décisives) qui permettaient à la SIG de conserver les devants (44-33 à la pause).

Un match en dents-de-scie

Le 3e quart fut catastrophique en terme de jeu. Avec beaucoup de ratés de part et d'autre, des ballons perdus et des actions approximatives 57-46), Villeurbanne pourtant insistait dans le dernier quart pour ne pas perdre trop de terrain, et espérer un miracle. En s'appuyant sur son shooteur Casper Ware (16 pts) et sur la présence physique d'Andersen (19 pts); l'équipe de JDJackson se rapprochait à cinq longueurs. Mais les Strasbourgeois parvenaient à donner un dernier coup de rein pour finalement signer une première victoire dans cette série.

Après trois finales consécutives perdues, Vincent Collet espère enfin pouvoir offrir le titre au club alsacien qui l'attend depuis 2005. Cela passe par une séquence victorieuse contre l'ASVEL.. Pour y parvenir, il faudra être capable de plus de constance dans chaque rencontre. Car les Alsaciens ne pourront pas toujours asseoir leur domination dès les dix premières minutes  avec un avantage points qu'ils pourront conserver jusqu'au bout.

Christian Grégoire

Championnat de France de basket - Jeep Elite