asvel monaco play offs pro 1
Villeurbanne a renversé les pronostics en battant Monaco | MaxPPP

Play-offs: Monaco sorti dès les quarts

Publié le , modifié le

Dominatrice durant toute la saison régulière de proA (1re avec 30 victoires pour seulement 4 défaites) l'équipe de Monaco n'ira pas plus loin, puisqu'elle s'est inclinée contre Villeurbanne, le champion sortant dans sa salle lors du match d'appui des quarts de finale (74-71). Dans l'autre "Belle" du jour, qui a bien faiilli aussi échapper à un favori, Strasbourg s'en est sorti difficilement face à pau-Orthez (72-68) Ces deux équipes rejoignent Chalon/Saône et Paris-Levallois qualifiés la veille pour les demi-finales.

C'est la la dure loi des play-offs. L'ASVEL seulement 8e de la saison régulière, a éliminé le leader monégasque dès les quarts de finale. Le champion en titre villeurbannais avait remporté la première manche sur le Rocher 102-92 avant de s'incliner à domicile 66-71. Porté par son pivot Darryl Watkins (20 points et 12 rebonds), l'Asvel a réussi l'exploit de s'imposer une nouvelle fois fois sur le parquet de Monaco, déjouant ainsi tous les pronostics.

Comme l'année dernière l'équipe monégasque, archi-dominante en saison régulière, voit ainsi ses ambitions de titre balayées par le club de Tony Parker. En reprenant un avantage d'un point à une minute de la fin, alors que Villeurbanne comptait dix points d'avance quelques minutes auparavant, Monaco pensait avoir pourtant fait le plus dur. Mais c'était sans compter le sang-froid de Charles Kahudi aux lancers-francs. L'ailier tricolore n'a pas tremblé pour donner trois points d'avance au champion en titre, forçant ainsi les Monégasques à tenter un tir à 3 points compliqué.

Strasbourg se rassure

Autre match serré à Strasbourg, où la SIG s'est logiquement imposée à domicile face à une équipe paloise encore émoussée physiquement par les deux premières manches. Après avoir créé l'exploit en remportant le match aller en Alsace après deux prolongations (102-92), les Palois s'étaient écroulés dans leur Palais des sports (83-68). De retour au Rhénus, ils ont tenu une mi-temps (36-32 à la pause) mais ont lâché prise en seconde période. Avec ses 18 points, le meneur Erving Walker a été le fer de lance de l'attaque strasbourgeoise. En face les efforts de l'expérimenté international français Alain Koffi (14 pts) et de John Cox, le cousin de Kobe Bryant ( 16 pts), n'ont pas suffi. Les hommes de Vincent Collet ne sont maintenant plus qu'à deux victoires d'une cinquième finale d'affilée.

Christian Grégoire

Championnat de France de basket - Jeep Elite