Antione Diot (Paris Levallois)
Antione Diot (Paris Levallois) | THOMAS SAMSON / AFP

Paris-Levallois titré pour la première fois

Publié le , modifié le

Le Paris-Levallois a remporté la Coupe de France messieurs de basket-ball en battant Nanterre (77-74) en finale, dimanche au Palais omnisports de Paris-Bercy.

C'est le premier trophée pour le club parisien, depuis la fusion avec Levallois en 2007. Séparément, Paris avait été champion de France en 1997 et finaliste de la Coupe de France en 2000 et Levallois avait été finaliste de la Coupe de France en 1996 et 1998. Le PL succède à Chalon-sur-Saône au palmarès. Nanterre, de son côté, s'incline pour la deuxième fois, après 2007, en finale de la Coupe de France. Avec ce titre, Paris sauve une saison jusque-là extrêmement décevante. Malgré un recrutement de qualité, le club parisien n'est pas parvenu à décrocher les play-offs, alors qu'il était quart de finaliste l'an passé. Nanterre, qui au contraire a atteint les play-offs malgré des moyens bien moindres, peut être déçu de ne pas être récompensé par ce qui aurait été le premier titre de son histoire.

Finale à suspense

Les Parisiens ont mené constamment, grâce au travail de titan (21 points, 13 rebonds, 5 passes décisives) de Sean May, le meilleur marqueur de ProA cette saison. Mais les Nanterriens ont intelligemment géré leur effort et ont été tout près de revenir et de porter l'estocade dans les dernières minutes. Ils se sont ainsi rapprochés à un point (65-66) à deux minutes de la fin après un tir primé de Chris Warren. Mais Antoine Diot, d'un improbable tir dos au panier, a permis à Paris de souffler un peu. Les Nanterriens se sont battus jusqu'à leur dernière goutte d'énergie dans les ultimes secondes, mais Paris a résisté, toujours en s'appuyant sur May.

Réac​tions

Xavier Corosine (arrière de Nanterre): "Il nous a manqué un peu d'expérience, de métier. On a été un peu timoré par l'enjeu en première période. On n'a pas vraiment su développer notre jeu. Ils ont été très agressifs défensivement en première période sur les +pick and roll+. Nous, on a un peu reculé, on n'a pas su être assez agressif. On a trop
joué avec le frein à main en première période. C'est dur de relativiser. Perdre est toujours décevant, surtout avec un tel scénario. On n'était pas loin, mais on n'a pas su faire les stops à la fin."

Pascal Donnadieu (entraîneur de Nanterre): "Paris mérite sa victoire. Nous, on a eu le mérite de ne pas renoncer. Paris a des joueurs expérimentés. On était un peu tendre pour ce genre d'événements. Ce n'était pas forcément une bonne chose de jouer le PL qui n'avait plus que cet objectif. La maturité et l'expérience ont fait la différence. On avait l'envie, l'enthousiasme, mais pas suffisamment de qualité au niveau du basket pour pouvoir les inquiéter vraiment. On est déçu évidemment. Mais il faut se rappeler d'où on vient. On a connu un début de saison un peu difficile. Être finaliste de la Coupe et être en play-offs, ça reste une très grosse performance pour un club comme nous."

Antoine Diot (arrière du Paris-Levallois): "Ce n'est que du bonheur. On a appliqué notre plan à la perfection. C'est une victoire collective. On a retrouvé la solidité défensive qu'on avait perdue ces derniers temps. On a des joueurs d'expérience qui ont déjà gagné des finales, donc ça a peut-être été un plus pour nous ce soir (dimanche)."

Jawad Williams (intérieur du Paris-Levallois): "On avait parlé d'écrire l'histoire. Bien sûr on a des regrets (par rapport au Championnat, ndlr), mais on a connu beaucoup de blessures. Ce soir (dimanche), c'est l'un des premiers matches où tout le monde était en bonne santé. On ne peut rien changer à ce qui s'est passé."

Christophe Denis (entraîneur du Paris-Levallois): "Il y a eu énormément de satisfactions tout au long de la saison, mais malheureusement ça s'est terminé pas une grosse déception en Championnat. Le traumatisme du match contre l'Asvel (la défaite qui a privé Paris des play-offs, ndlr) n'est toujours pas digéré. C'est pour ça que je suis d'autant plus fier de ce que le groupe a fait aujourd'hui (dimanche). Ce qui compte, c'est de repartir avec un trophée. Beaucoup de choses se sont mises à l'endroit ce soir. Il faut avoir envie et être discipliné. On a enfin vu une équipe à 100% de ses capacités. Nanterre méritait autant que nous la victoire. Ils ont été très bons. On a eu brin de réussite."

AFP