Pascal Donadieu et ses joueurs de la JSF Nanterre
Pascal Donadieu et ses joueurs de la JSF Nanterre | JEAN-FRANCOIS MONIER - AFP

Nanterre vient à bout d'Orléans

Publié le , modifié le

Nanterre a réussi un finish exceptionnel, orchestré par son intérieur américain DeShaun Thomas, pour briser la résistance d'Orléans (71-69) et conserver la première place du classement, dimanche lors de la 7e journée de ProA.

Les champions de France sont décidément inusables. Après avoir remporté leurs six premiers matches de la saison, ils avaient connu un premier échec lors de la précédente journée face au Mans (67-69).  Et ils paraissaient condamnés à une deuxième défaite d'affilée à huit minutes de la fin quand Orléans menait de 15 points (55-40). Mais les Franciliens se sont transfigurés et Thomas est sorti de sa boîte pour rentrer 17 points dans les cinq dernières minutes.

Nanterre conforte ainsi sa position de leader. Orléans, qui lui aurait chipé cette première place en cas de victoire, peut se maudire d'avoir craqué sur la fin après avoir fourni un remarquable effort défensif pendant plus de 30 minutes. En l'absence de l'arrière ukrainien Sergii Gladyr, blessé à un genou et qui devrait passer des examens lundi, l'attaque de la JSF est longtemps apparue rouillée.

DeShaun Thomas fait la différence

Les deux équipes se sont neutralisées pendant 28 minutes. Puis en cinq minutes, Orléans s'est envolé sous l'impulsion de David Noel (10 points, 11 rebonds) et Darnell Harris (9 pts). Au bord du gouffre, Nanterre a immédiatement contre-attaqué avec Will Daniels (15 pts). Puis Thomas, un intérieur très prometteur de 22 ans, drafté par les San Antonio Spurs cet été, est entré en scène. L'Américain s'est démultiplié, sous le panier, à trois points, aux lancers francs pour ramener son équipe, puis pour la faire passer devant.

Sanctionné de deux fautes techniques dans les dernières minutes, Orléans a  assisté trop passivement au show de Thomas (20 pts, 6 rds), et le dernier tir  primé de Kyle McAlarney (15 pts, 6 rds) est arrivé trop tard pour modifier  l'issue du match.

Gilles Gaillard