Nanterre
David Lighty (Nanterre) au dunk. | PATRICK HERTZOG / AFP

Nanterre se reprend devant Strasbourg

Publié le , modifié le

Nanterre a complètement relancé la finale de ProA de basket en s'imposant sans trembler à Strasbourg (84-79), vendredi lors du match N.2.

 

Humiliée lors du premier match mercredi (89-55), soit la plus large défaite  dans une finale de ProA depuis la création de la LNB en 1987-1988, la JSF a  réussi un improbable rétablissement. Les Nanterriens ont signé là leur première victoire de la saison sur la  SIG, qui les avait battus deux fois en phase régulière. C'est aussi la première  défaite des Alsaciens en six matches depuis le début des play-offs. 

Avec ce succès, la JSF reprend l'avantage du terrain. Elle essaiera de  confirmer mardi (20h30) au stade Pierre-de-Coubertin à Paris, où elle a dû se  délocaliser, sa propre salle n'étant pas aux normes pour accueillir cette  finale. Si les Nanterriens gagnent ce troisième match, ils joueront pour le titre  samedi prochain à Coubertin, avec la possibilité de créer la plus grande  sensation de l'histoire du basket français, pour un club doté du deuxième plus  petit budget de ProA. 

Vendredi, Nanterre a retrouvé la magie qui lui avait permis de sortir en  quart de finale Gravelines, la meilleure équipe de la saison régulière, et en  demi-finale Chalon-sur-Saône, le champion en titre. Pour arracher cette victoire qui crédibilise définitivement leur présence  en finale, les joueurs de Pascal Donnadieu ont su compenser avec astuce leur  différentiel de taille avec les Alsaciens. Emmenée par un époustouflant Trenton Meacham (26 pts), la JSF a pris  l'ascendant dès le premier-quart temps (26-17), forçant la SIG à courir après  le score. 

Les Alsaciens sont bien revenus à portée des Franciliens au tournant du  dernier quart (59-58, à la 31e minute), mais l'inévitable Meacham marquait 8  points sans réponse pour remettre la JSF sur de bons rails. Louis Campbell (20 pts) et Ricardo Greer (16 pts) ont bien tenté de  relancer Strasbourg en fin de match, mais trop tard.

AFP