Pascal Donadieu et ses joueurs de la JSF Nanterre
Pascal Donadieu et ses joueurs de la JSF Nanterre | JEAN-FRANCOIS MONIER - AFP

Nanterre, la difficulté d'enchainer

Publié le , modifié le

Deux jours seulement après être passés à deux doigts de l’exploit face au CSKA Moscou, les Verts de Nanterre se replongent dans la réalité de la Pro A avec un court déplacement pour défier le Paris-Levallois. Le voisin, peu arrangeant, ayant refusé de décaler la rencontre, le Champion de France en titre va savoir s’il est capable de jouer sur les deux tableaux.

Retour sur terre. Ces derniers temps il semble que Nanterre soit abonné à tutoyer les étoiles puis à devoir revenir à des choses plus terre à terre. Championne de France en juin, la JSF a remis, brillamment, les mains dans le cambouis de la Pro A avec trois victoires en autant de rencontre avant de se frotter à l’armada du CSKA Moscou. Passés proche d’un exploit retentissant (défaite 59-62), les joueurs de Pascal Donadieu n’auront pas le temps de ruminer cette défaite. Dès ce samedi, c’est le voisin du Paris-Levallois qui entend bien récupérer le leadership régional.

Le PL jaloux de la JSF ?

Le duel entre les deux clubs a commencé entre dirigeants. Alors que Nanterre a évolué jeudi en Euroleague et que Paris-Levallois jouera son match d'Eurocoupe seulement mercredi à Varèse (Italie), le PL a refusé de décaler le match à dimanche. Avec un jour de plus de repos pour Nanterre, la poire aurait pourtant été parfaitement coupée en deux. Comment motiver une telle décision ? La Ligue n’aurait-elle pas du intervenir pour protéger à la fois, son Champion de France et l’un de ses deux représentants dans ce qui se fait de mieux en terme de compétitions européennes ? Nanterre connaît la chanson et ce sont des Verts déchaînés qui se présenteront au Palais des sports Marcel Cerdan de Levallois pour enchaîner un quatrième succès consécutif et plonger un peu plus les joueurs de Gregor Beugnot dans la crise.

Sean May, l’absence qui fait mal

Paris et son effectif séduisant peine à se créer une identité. Beugnot arrivé à l’été en provenance de Chalon aimerait que son équipe défende plus dur et mieux. Sean May, l’intérieur américain, s’est d’ailleurs attiré les foudres de son coach pour sa tendance à s’effacer en défense. L’ancien joueur des Charlotte Bobcats en NBA aura désormais tout le temps d’apprendre à défendre puisqu’il sera indisponible deux, voire trois mois. Sans le meilleur marqueur de Pro A (18,3 points) la saison dernière, Paris-Levallois va devoir trouver des solutions rapidement sous peine de voir les revers s'accumuler.

Pascal Donadieu l’a répété après le match face à Moscou. Son équipe ne peut vivre que grâce à un engagement total et un état d’esprit irréprochable. Ces deux mamelles du succès, la JSF les possède depuis le début de saison. Grâce à un effectif très athlétique, Nanterre possède la troisième défense de Pro A avec 67 points concédés par rencontre alors que le PL encaisse plus de 83 points par match ! Le recrutement intelligent permet à Nanterre de surfer aujourd'hui sur la vague du succès d’hier. Très en verve face à Moscou, Will Daniels (18 points) est le meilleur marqueur nanterrien en Pro A (14 points par match) alors qu’à l’intérieur Passave-Ducteil et Jaiteh font mieux que tenir la baraque. En attendant Ali Traoré, en phase de reprise, Nanterre possède déjà un effectif complet. Suffisant pour jouer sur les deux tableaux ? Élément de réponse ce samedi au Palais des sports Marcel Cerdan de Levallois.