Léo Westermann
Léo Westermann et le Limoges CSP ont idéalement lancé leur finale au Rhénus de Strasbourg | Jean-Marc Loos/PHOTOPQR/L'ALSACE

Limoges résiste au retour de la SIG et réussit un gros coup

Publié le , modifié le

Impressionnant en première période puis asphyxié au retour des vestiaires, Limoges a été suffisamment solide dans le money time pour s’imposer à Strasbourg (70-68) lors du match 1 des finales de Pro A. Le CSP chipe ainsi l’avantage du parquet à la SIG, qui n’a jamais trouvé la mire à trois-points ce vendredi (4/23). Le club alsacien devra se rattraper dès dimanche, sous peine de se diriger vers une troisième déconvenue d’affilée en finale du Championnat.

La route du triplé vient de prendre un tournant dont se serait bien passé la SIG. Vainqueur de la Leaders Cup en février, puis de la Coupe de France le mois dernier, le groupe de Vincent Collet a bien mal débuté l’ultime série du Championnat ce vendredi, laissant échapper le match 1, à domicile, après avoir pourtant réussi un fantastique retour dans le troisième quart-temps.

La surprise Camara

En étouffant le CSP en défense, Strasbourg passait un 13-0 au retour des vestiaires et relançait soudainement la rencontre face à un adversaire qui s’était baladé en première période (38-27). Un écart creusé sans forcer, tant les locaux avaient déjoué pendant vingt minutes, visiblement plombés par l’enjeu de la rencontre. Les deux dernières finales, perdues (contre Nanterre en 2013 puis Limoges, déjà, l’an passé) devaient sérieusement trotter dans la tête du sélectionneur tricolore et des joueurs strasbourgeois pour qu’ils se montrent à ce point incapables de donner le ton en début de rencontre, d’abord... puis de concrétiser les multiples occasions de passer devant au score dans le money time. Les Limougeauds, portés par un étonnant Ousmane Camara (14 points) auteur probablement du meilleur match de sa saison, n’en demandaient pas tant.

Le patron Moerman

MVP de la saison, Adrien Moerman (10 points, 6 rebonds) a montré la voie en réussissant deux shoots décisifs dans le dernier quart-temps, passant par la même occasion un joli coup de clim dans le Rhénus qui s’était enfin embrasé. Ali Traoré (13 points) tentait bien de ramener les siens à hauteur en enchaînant les paniers primés, mais il recevait bien trop peu de soutien. Louis Campbell (0/5), Axel Toupane (0/3), Tadija Dragicevic (0/3), Antoine Diot (1/4) et Jérémy Leloup (1/4) sont complètement passés à travers derrière l’arc. Et c’est peut-être là le grand motif d’espoir de Strasbourg ce vendredi soir : même dans un match sans adresse, ils ne perdent que de deux petites unités. "Ce n’est pas un sprint, c’est une course de fond", martelait Diot en pensant déjà à la suite du marathon, dimanche (17h00). La SIG, toujours à domicile, tentera de mettre fin à une série de sept défaites consécutives en finale de Pro A. 

Gaétan Scherrer @GaetanScherrer