Limoges fête ses champions et assure le maintien

Limoges fête ses champions et assure le maintien

Publié le , modifié le

Dans un match à sens unique, le CSP s'est facilement imposé face au Paris-Levallois (79-61) qui vit une deuxième moitié de saison cauchemardesque. Tout l'inverse de la soirée de rêve du Limoges CSP : en plus d'assurer son maintien en Pro A, le club célébrait les 20 ans de son titre européen, en présence des anciens champions qui n'en demandaient pas tant.

Beaublanc en fusion. Comme il y a vingt ans, lors de l'épopée du CSP jusqu'au sacre européen à Athènes. Ils étaient d'ailleurs tous là, avec plus ou moins de kilos supplémentaires. De Dacoury à Young, de Zdovc à Maljkovic : les champions d'Europe 1993, rassemblés pour communier avec le public limougeaud à l'occasion de l'anniversaire d'une victoire historique face au Benetton Trévise. Sous les yeux de la "Dream Team" française, les joueurs de Limoges abordaient un match pas comme les autres, chargé de souvenirs et de symboles, comme le maillot jaune et grenat qu'ils portaient pour l'évènement.

Loin d'être annihilés par le public et les groupes de supporters bouillants comme jamais, les locaux commençaient leur rencontre tambour battant, étouffant rapidement un Paris-Levallois dans le dur (trois victoires et neuf défaites sur la phase retour). Agressifs, comme transcendés par la ferveur de Beaublanc, les hommes de Giannakis passent un 10-1 pour débuter le match. McAlarney, à huit bons mètres, pousse rapidement l'écart à plus de dix unités. Teddy Gipson, d'une patte gauche qui n'est pas sans rappeler celle de la gâchette Michael Young vingt ans plus tôt, aggrave la marque et permet aux siens de terminer le premier quart avec une large avance (26-12).

Zéro d'évaluation collective pour le PL

5 minutes plus tard, les joueurs de la capitale n'ont pas mis le moindre point et semblent jouer au ralenti. Les jaunes sont injouables, à l'image du tir de Gipson deux bons mètres derrière la ligne à trois points (33-12). Seul Antoine Diot parvient à éteindre très provisoirement son adversaire du soir, qui ne tarde jamais à lui répondre. Sur son banc, Christophe Denis est furieux. Il prend un temps-mort à 36-15 pour passer un savon à ses joueurs et tenter de provoquer une réaction d'orgueil. Rien n'y fait : le PL perd toutes ses balles et ne rentre aucun tir (14% d'adresse à la mi-temps)! A la sirène, un dunk de Boungou Colo clôt une première mi-temps sans suspense (45-18).

Le cauchemar se poursuit au retour des vestiaires : après une nouvelle série du CSP, il faut attendre la 25e minute pour voir le Paris-Levallois scorer sont vingtième point (55-20). L'évaluation collective pour l'ensemble des visiteurs est alors de… zéro. La rencontre est déjà bouclée, mais pour la première fois du match, le PL se donne de l'air et parvient enfin à garder la tête haute face à son adversaire (18-17 sur le troisième quart-temps). L'entame du 4e quart est à la défaveur de Limoges, qui lève le pied.

Sean May rentre son premier panier du match à quatre minutes du buzzer, mais Mipoka relance les siens longue distance. Limoges assure l'essentiel, s'impose 79 à 61 et confirme définitivement son maintien dans l'élite. "C'est tout le basket qui a gagné ce soir", se félicite Fred Forte, champion d'Europe et président du club.

Gaétan Scherrer @GaetanScherrer