Cam Long (Le Mans)
Cam Long (Le Mans) | PHOTOPQR/LE PROGRES

Le Mans miraculé à Roanne

Publié le , modifié le

Petit match mais match à suspense à Roanne où Le Mans s'est imposé en prolongation sur un shoot au buzzer improbable du meneur Khalid El-Amin. La Chorale a fait la course en tête et menait encore de 9 pts à 1'30" de la fin. Mais les Foréziens ont déjoué dans le money-time. Les Manceaux étaient en plein doute. Ce succès 89-87 va peut-être les aider à se relancer à moins dix jours de la Leaders Cup, premier trophée en jeu cette saison.

Les doutes sarthois ne sont pas chassés mais la victoire a le don de soigner tous les bobos, surtout quand ils sont dans la tête. En phase descendante après deux défaites à Antarès contre Strasbourg et Orléans en Coupe, le MSB cherchait la rédemption sur le parquet de Roanne. Enfants de choeurs mais pas cul bénis, les foréziens avaient eux aussi leurs maux à soigner. Bref, il ne fallait pas s'attendre à un jeu divin en clôture de la 18e journée de Pro A. Tout juste quelques éclairs. Et un Ave Maria pour finir. "Il fallait que je fasse quelque chose. Je remercie dieu qui était avec moi sur ce dernier shoot". Il restait moins d'une seconde quand Khalid El-Amin, transparent pendant presque quarante minutes, a reçu le cuir dans sa moitié de terrain. Un jet plein de grâce pour ce fervent pratiquant. La cloche avait déjà sonné la fin des débats et les lumières s'étaient allumées autour du panneau quand le ballon est retombé dans le cercle. En enfer pour avoir pêché de nombreuses fautes, Le Mans était revenu de nulle part pour s'imposer devant un public médusé. 

Un cierge pour Le Mans

Dix jours avant de retrouver les Manceaux en quart de la Leaders Cup, Roanne avait eu mille fois l'occasion de tuer ce match tant leur adversaire était friable et maladroit. Avec neuf points d'avance à 1'30" de la fin, la Chorale avait la victoire bien en main. A plus 58 % à trois points, ça tombait presque de partout. Mais l'accumulation des fautes avait maintenu le MSB à quelques possessions. Paralysé en attaque mais toujours vivant, Le Mans trouvait tout de même le moyen de se rapprocher à trois points. Et le premier miracle s'accomplit. Sous pression, William Gradit perdait la balle à 14 secondes du buzzer. Comme à l'aller, les Sarthois avaient la balle pour arracher la prolongation. El-Amin fixait et servait Drevo qui crucifiait les Roannais dans le coin. Amagou ne rentrait pas le dernier shoot et la Halle Vacheresse gagnait cinq minutes de rab'. Elle s'en serait bien passée… Sans Howard et Samnick, sortis pour cinq fautes, la Chorale avait perdu ses forts intérieurs. Mais pas plus le MSB que Roanne ne voulait remporter ce match dans la facilité.

"Il fallait un peu de magie"

Après un vilain 4-4 en 4'30, Roanne prenait un avantage qu'on croyait décisif d'autant que Cam Long perdait un ballon précieux et qu'aucun sarthois ne faisait faute jusqu'à 2"7 de la fin de la prolongation. Collins ratait son premier lancer involontairement. Le deuxième, il le ratait volontairement mais Kahudi arrachait le rebond et servait le messie El-Amin. "On voulait gagner ici, a expliqué Pape Sy, deuxième marqueur du match (18 pts) derrière son coéquipier Victor (23 pts). On donne un message pour la Leaders Cup. On repart. Il fallait un petit de magie. C'était ce soir." Ce coup de magie permet au Mans de remonter à la 3e place du classement avec douze victoires.  

La dernière rencontre de la 18e journée entre Limoges et le champion en  titre de Chalon-sur-Saône n'aura lieu que le 12 mars, le Palais des Sports de  Beaublanc étant réquisitionné par la Fed Cup cette semaine.