ASVEL Monaco Livio Jean-Charles 052016
Livio Jean-Charles (ASVEL) perfore la défense de Monaco | MaxPPP - Le Progrès - Joël Philippon

L'ASVEL reprend l'avantage sur Monaco

Publié le , modifié le

Villeurbanne n'est plus qu'à une victoire de la finale, grâce à son succès sur Monaco (65-58) vendredi lors de la troisième manche des demi-finales de Pro A. Déjà vainqueurs en Principauté lors du match inaugural, les Villeurbannais mènent désormais 2-1 et auront l'occasion de conclure la série dimanche à domicile.

Monaco, privé du bondissant arrière Yakuba Ouattara, blessé au mollet, a paru émoussé physiquement, incapable de réagir quand l'Asvel a accéléré dans le money-time pour arracher la victoire. Maladroits à l'image de leur shooteur Jamal Shuler (2/11 aux tirs), et dominés au rebond, les Monégasques ont bafouillé leur basket. "On n'a pas du tout été productif, pourtant l'attaque est l'une de nos forces", a commenté Amara Sy. "On s'est écroulé. On est désormais dos au mur."

Watkins fait pencher la balance

Sous les yeux de Tony Parker, le patron du club villeurbannais, le match s'est longtemps cherché un vainqueur. Aucune tendance ne se dégageait après trente minutes de jeu (48-47 à la fin du troisième quart-temps) dans une rencontre hâchée par les fautes, les tirs ratés et les balles perdues. A l'approche du money-time pourtant, les poignets se sont relachés. Un panier longue distance du meneur Darrel Mitchell remettait les visiteurs devant (57-58) avec trois minutes à jouer, juste après la sortie pour cinq fautes de l'un des joueurs clé de l'Asvel, David Andersen.

C'est à ce moment que le massif pivot villeurbannais Darryl Watkins a sorti deux actions qui ont changé le cours de match: un dunk plein de rage qui mettait l'Asvel à +4 (62-58) puis un contre sur Sergiy Gladyr qui annihilait les derniers espoirs monégasques. "On doit défendre dur face à une attaque si forte", a déclaré Watkins. Villeurbanne, cinquième de la saison régulière, aura l'occasion dimanche de rejoindre Strasbourg, qualifié jeudi, en finale.