Alain Béral
Alain Béral, président de la LNB | PHOTOPQR/LE PROGRES

La LNB regrette "une bagarre de rue"

Publié le , modifié le

Le président de la Ligue nationale de basket (LNB) Alain Béral a qualifié lundi les incidents à la fin de match de ProA entre Paris-Levallois et Gravelines de "bagarre de rue", réclamant les sanctions les plus justes pour les protagonistes.

Quel est votre sentiment au sujet de la bagarre qui a achevé le match entre le Paris-Levallois et Gravelines ?
ALAIN BERAL: "C'est regrettable et saisissant de bêtise. On peut comprendre que compte tenu de l'enjeu, il y ait quelques petits accrochages en fin de match. En général, cela se règle et ne dure pas. Mais là, cela a complètement dérapé. On a assisté à une bagarre de rue. Cela n'a rien à voir avec le sport, surtout pas le sport professionnel. J'ai déjà assisté à des fins de rencontres tendues mais je n'avais encore jamais vu ça."
   
Qu'attendez-vous des deux clubs qui semblent se rejeter les responsabilités ?
A.B: "Cette attitude, elle aussi, est regrettable car les torts sont partagés dans ce genre de situation. Je voudrais plutôt qu'ils fassent preuve de  pédagogie par rapport à leurs joueurs, qu'ils se demandent pourquoi cela s'est produit. Ils devraient aussi organiser des actions vis-à-vis du jeune public pour expliquer que ce sont des choses qui ne se font pas et qui ne doivent plus se reproduire. Je souhaite maintenant que la commission de discipline de la LNB travaille dans la plus grande sérénité afin de sanctionner le plus justement chacun des protagonistes. Outre les cinq basketteurs déjà sanctionnés (Daniel Ewing et Jawad Williams du Paris-Levallois, Cyril Akpomedah, Yakhouba Diawara et Yannick Bokolo de Gravelines, NDLR), d'autres seront aussi entendus le 26 décembre par la commission. Il faudra qu'il y ait une échelle des sanctions en fonction de la gravité des faits de chacun."
   
Faut-il rejouer ce match que le Paris-Levallois menait 86 à 78 à moins de 8 secondes de la fin ?
A.B: "La commission sportive de la LNB en décidera. A titre personnel, je suis contre. Les officiels ont décidé d'arrêter le match car ils estimaient  qu'il y avait un danger pour l'intégrité des joueurs en les remettant sur le parquet. Ils ont donc considéré que le match était terminé en l'arrêtant et en renvoyant tout le monde dans les vestiaires."
   
    Propos recueillis par Ludovic LUPPINO

Vidéo : Les incidents lors du match à Levallois

AFP