BCM Gravelines Roanne
Le BCM Gravelines mal en point cette saison | PHOTOPQR/VOIX DU NORD

Gravelines ne s'en sort pas

Publié le , modifié le

Gravelines s'est incliné sur son parquet face à Orléans (69-74), après avoir pourtant mené de 20 points, et reste dans la zone de relégation, vendredi en ouverture de la 10e journée de ProA. Avec ce huitième succès en dix matches, les Orléanais en profitent pour s'emparer seuls de la tête du Championnat, en attendant le déplacement de Limoges à Strasbourg mardi.

Le cauchemar continue pour le BCM, avant-dernier, qui a enchaîné une  quatrième défaite de suite en Championnat. Pire, les Nordistes ont perdu leurs  quatre dernières rencontres de ProA sur leur parquet de Sportica. Gravelines, amoindri par le départ de D.J. Kennedy et toujours privé de  Souleymane Diabaté (cheville), de Yakhouba Diawara (mollet) et d'Abdoulaye  Mbaye (poignet), avait pourtant le match en mains (50-33, 25e) avant de  s'effondrer en l'espace de cinq minutes. Orléans, très maladroit jusque-là, a infligé un cinglant 21-5 aux  Nordistes, grâce à un Brian Greene enfin adroit, pour recoller en fin de  troisième quart-temps (55-54). Après un premier panier de John Holland, auteur d'un bon match, Orléans a  enchaîné un 7-0 sous l'impulsion de Kyle McAlarney, meilleur marqueur du match  avec 25 points, pour prendre les devants (57-61, 34e).

Les Nordistes sont bien parvenus à recoller au score (63-63), mais les  joueurs de Philippe Hervé ont très bien géré le "money-time" pour remporter une  victoire (69-74) qui paraissait impossible à obtenir en début de deuxième  période. Avec cette nouvelle défaite, le BCM n'a quasiment aucune chance de pouvoir  défendre son titre à la Leaders Cup (ex-Semaine des As) en février, d'autant  que son calendrier d'ici la fin de la phase aller est très compliqué  (déplacements à Paris, Cholet et Nanterre, réceptions de Limoges et Le Havre). Les Nordistes, qui ont remporté les deux dernières saisons régulières de  ProA et qui ont la plus grosse masse salariale du Championnat, vont même devoir  réagir vite pour ne pas rater le train des play-offs en fin de saison.

Réactio​ns

Christian Monschau  (entraîneur de Gravelines): "On a eu un manque évident d'énergie en fin de  match avec notre effectif réduit. On joue deux matches par semaine avec la  Coupe d'Europe et on n'a que 7 joueurs pros. On ne peut pas demander plus à nos  joueurs. Cet écart de 20 points on doit le maintenir dans le 3e quart-temps  pour pouvoir revenir dans le dernier avec l'énergie nécessaire. On n'avait plus  les jambes et plus la même intensité pour empêcher les tirs de McAlarney. Il y  a eu de bonnes choses dans ce match, on a eu une belle maîtrise collective  pendant 25 minutes. Puis on a ce trou en fin de 3e quart-temps. Je remercie  l'arbitre de siffler cette faute technique à ce moment-là (dans le dernier  quart) ! Beaucoup de coups de sifflet ont découragé mes joueurs. Le coup de  gueule (contre l'arbitrage) de Philippe (Hervé, après le match perdu par  Orléans à Nanterre le 17 novembre ndlr) a eu des conséquences positives pour  lui aujourd'hui. Est-ce qu'il faut se plaindre aussi (pour obtenir des fautes)  ? Je ne sais pas."
   
Jonathan Rouselle (meneur de Gravelines): "Il y a beaucoup de déception. Ce  n'est pas bon de lâcher un match quand on mène de 20 points, surtout dans notre  situation actuelle. On les a laissés revenir. Après la pause nous sommes  revenus trop sûrs de nous, on s'est arrêté de jouer trop tôt en voulant gérer  le score."
   
Phlippe Hervé (entraîneur d'Orléans): "On a fait une très mauvaise première  mi-temps. On était encore incapable de marquer à trois points. On n'y croyait  plus. Et puis on a mis plus de percussion et d'agressivité vers le cercle, on a  eu plus de réussite aux tirs, plus de tout quoi. Avec cette équipe de  shooteurs, quand on met des tirs ça va tout de suite mieux. Le bilan au tiers  de la saison est excellent en termes de résultats, mais je ne suis pas un  entraîneur satisfait quant au jeu que l'on produit."

AFP