Dwight Buycks (Gravelines)
Dwight Buycks (Gravelines) | FRANCOIS GUILLOT / AFP

Gravelines dompte Villeurbanne

Publié le , modifié le

Le BCM Gravelines est le deuxième qualifié pour les demi-finales de la Leaders Cup. Les Nordistes ont pris la mesure de Villeurbanne 78-69 au terme d'un match rythmé. Avec 18 pts, Ludovic Vaty a pesé sur l'issue du match. Gravelines jouera une place en finale samedi contre Le Mans, tombeur de Roanne 60-43.

Programmé juste après le famélique Le Mans – Roanne (60-43), ce match tombait à pic pour mettre l’ambiance à la Disney Arena Events. On n’était servi avec un premier quart de haute volée 26-20. Sur un nuage, Abdoulaye Mbaye portait le BCM avec 11 points à 100% de réussite. Villeurbanne était rassuré de le voir sortir pour deux fautes… Malheureusement pour l’Asvel, tout le collectif nordiste prenait le relais en imprimant un rythme d’enfer (44-31, 20e). « Notre défense a été pas mal à partir de la fin du premier quart », expliquait Christian Monschau, le coach du BCM, pour justifier son avance confortable à la pause.

Vaty au top

Mais Villeurbanne ne voulait pas quitter si vite la Leaders Cup sans se battre. Au courage, les Verts poussaient mais Gravelines maintenaient l’écart autour des dix points, grâce notamment à Ludovic Vaty qui poursuivait son chantier dans la raquette. Il était inarrêtable même face à Uche Nsonwu-Amadi. « On a fatigué Uche, c’était une tactique et ça nous a permis de prendre l’avantage », indiquait l’intérieur nordiste. Un avantage qui a failli être réduit à néant dans le dernier quart-temps. Gravelines gérait mal son match avec des mauvais choix d’attaque. « Cela fait des semaines qu’on a du mal à être consistant sur tout un match, reprenait Monschau. On a perdu des ballons qui donnent des contre-attaques qui a permis à l’Asvel de revenir à 2 pts. »

Tic et Tac aux commandes

Sous l’impulsion de Sy et Jackson les Rhodaniens recollaient à 65-63. « On a pris un gros écart avant la mi-temps. Après on revient à l’énergie mais face à une équipe comme Gravelines, ça nous pèse, concédait Jackson. On n’a surtout pas respecté ce qu’on voulait faire en attaque. » Enfin le début d’une fin de match à suspense ? Non car Tic et Tac étaient de retour. La paire Buyckes-Bokolo prenait le destin du match en main. L’International français sortait de sa boîte en attaquant le cercle (71-65, 38e) et Bucyks enterrait les Verts sur un tir primé (73-67). Mais la clé nordiste était défensive. « On n’a plus donné de point. Après le temps-mort, on a à nouveau bien défendu pour s’adjuger le match, ajoutait le patron du BCM. On a fini par bien alterner entre les tirs extérieurs et sous le cercle. » Gravelines a tenu bon mais avec seulement dix joueurs, la fraîcheur pourrait manquer dès samedi.