Jean-Marc Dupraz
Jean-Marc Dupraz, le coach du CSP Limoges | PHOTOPQR/VOIX DU NORD TEAMSHOOT

Dupraz : "Un CSP Limoges au style cadré"

Publié le , modifié le

L’entraîneur du CSP Limoges, qui remplace le Grec Panagiotis Giannakis, se montre ambitieux mais prudent à l’orée d’une saison qui s’annonce passionnante pour les Verts avec notamment le retour des duels contre Antibes et Pau-Orthez, les promus. Jean-Marc Dupraz espère surtout que ses joueurs confirmeront leur pré-saison parfaite (une seule défaite, d'un point, vendredi à Dijon) afin de postuler pour les play-offs, l’objectif affiché.

Champion d’Europe avec le CSP en 1993, Jean-Marc Dupraz n’y va pas par quatre chemins quand il s’agit de définir les ambitions limougeaudes à l’heure d’attaquer ce championnat de France de Pro A. "Nos ambitions sont définies, elles sont claires. On espère atteindre les play-offs, les places de 1 à 8. Après, les choses se feront seulement si on est capables d’être accrocheurs et déterminés pour atteindre nos objectifs".

"Le jeu appartient aux joueurs"

Pour cela, le staff limousin a établi une préparation très intense qu’il conviendra de digérer rapidement. "On a un peu tiré sur les organismes durant le stade de préparation. On avait la chance d’être à Bugeat, pas très loin de Limoges, dans un complexe où on avait tout sur place. On a pu vraiment se focaliser sur l’aspect physique et basket. On n’a fait que ça".

Le projet d’un jeu équilibré se dessine petit à petit. "On essaie de mettre en place un peu tout à la fois, la défense comme le jeu offensif", explique-t-il. "Le jeu appartient aux joueurs. On va donc essayer de mettre en place un jeu qui corresponde le plus possible au profil des joueurs qu’on a. A eux de s’approprier les contenus après pour en faire quelque chose de bien. Dans mon style de jeu, il y a un cadre, pas rigide mais bien défini, et une place à la liberté d’expression aussi".

"Pau ? Ca crée une émulation"

Quand on lui demande quels seront les cadors de la Pro A, JMD ne tergiverse pas. "Strasbourg est bien armé", avance-t-il. "Nanterre a fait un bon recrutement aussi. Le petit souci pour eux va peut-être être d’enchaîner les matches d’Euroligue et de championnat de France. Ce n’est jamais facile. Le Mans est également une belle équipe, bien construite. Après, ce championnat donne tellement de surprises chaque année que ce n’est pas évident de faire des pronostics".

Le fait de batailler de nouveau avec Antibes et Pau-Orthez le réjouit évidemment. "Ca fait du bien de retrouver les clubs historiques en ProA. On fait quand même des métiers d’entertainment. Ca crée une émulation, ça raconte des histoires aussi. L’Histoire est importante, même pour l’avenir. C’est bien que ces places fortes soient revenues. Ca peut redonner encore plus d’engouement à la LBN et au championnat. Et ça devrait remplir Beaublanc", sourit cet homme discret et sérieux.

"Je connais la pression"

Son retour à Limoges n’a pas suscité un enthousiasme débordant notamment chez certains groupes de supporters, mais le coach limougeaud, chrétien pratiquant, garde la foi. "Ca s’est fait assez rapidement. Limoges, c’est quand même un club particulier en France. Il y a une ferveur, un engouement qu’il n’y a nulle part ailleurs. C’est un challenge intéressant, vraiment motivant. A nous d’essayer de le relever. On doit se retrousser les manches et avancer".

"La pression ? C’est un facteur que je connais mais je ne l’appréhende pas. Je ne me soucie pas trop du lendemain. Je pense surtout à mettre en place ce qu’on a préparé pour le début de saison avec l’équipe. On verra sur le moment. Je ne vais pas anticiper ni les bonnes ni les mauvaises choses. Je suis plutôt dans l’instant présent".