Dijon intraitable devant Strasbourg

Dijon intraitable devant Strasbourg

Publié le , modifié le

Dijon a confirmé son invincibilité sur son parquet et conforté sa position pour les play-offs, en venant à bout du leader Strasbourg (91-75) lundi pour le compte de la 29e journée de ProA. Longtemps accrochés par la SIG qui voulait asseoir sa 1re place, les Dijonnais ont fait la différence dans un 4e quart-temps de feu.

La JDA avait à coeur de l'emporter pour espérer finir dans les quatre premiers avec l'avantage du terrain pour les play-offs. Il était important pour elle de profiter de l'appui de son public pour y parvenir, même si les Alsaciens lui ont donné du fil à retordre.

Equipe la plus à l'aise à l'extérieur cette saison (9 victoires), la SIG  n'a pas en effet démérité mais est tout simplement tombée sur plus forte qu'elle face à des Dijonnais toujours transcendés à domicile.  Les joueurs de la JDA ont fait la différence grâce à leur défense de fer - la meilleure de la ProA - et une belle adresse à trois points (13/25)  incarnée notamment par T.J Campbell (3/6 derrière l'arc, 14 pts au total). Le meneur américain a été bien épaulé par ses compatriotes Mikal Riley (19 pts, 10  rbds), André Harris (23 pts, 6 rbds) et Anthony Dobbins (14 pts). Après un passage à vide en fin de deuxième quart-temps (41-40), les hommes de Jean-Louis Borg ont redoublé d'agressivité et su asseoir leur supériorité aux rebonds (33, dont 25 défensifs, contre 19 pour la SIG) pour submerger les Strasbourgeois.

Les Dijonnais, décidément très performants, avec près de 60% de réussite ont donné le coup de collier nécessaire dans les dix dernières minutes. Alors qu'ils ne comptaient que 4 longueurs d'avance à l'entame du dernier quart-temps, ils ont atomisé le collectif strasbourgeois en panne de points. Grâce à ce large succès, Dijon a non seulement repris le point average sur  la SIG, qui restait sur six victoires d'affilée, mais remonte surtout à hauteur du Paris-Levallois à la quatrième place synonyme d'avantage du terrain lors des  play-offs. Un tel avantage est primordial pour la JDA qui voyage très mal (seulement trois succès à l'extérieur)

Christian Grégoire