Chalon-Strasbourg
Le jeune joueur français de Strasbourg Franck Ntikilina face à la puissance du Chalonnais John Robertson | PHILIPPE DESMAZES / AFP

Chalon met Strasbourg à terre et décroche le titre de ProA

Publié le , modifié le

Chalon/Saône a décroché son deuxième titre de champion de France en s'imposant (74-65) dans le match 5 de la finale de ProA samedi dans sa salle du Colisée face à Strasbourg, qui a perdu sa 5e finale consécutive.... La SIG et l'Elan Chalon se disputaient le titre sur le dernier match de la série, après avoir gagné deux victoires chacun, un scenario qui n'avait que deux précédents (en 1996 victoire de Pau-Orthez, et 2016 Villeurbanne). Dans une rencontre très engagée, longtemps équilibrée et indécise, les Chalonnais ont fait la différence dans le dernier quart temps pour s'offrir un succès logique, validant une saison plutôt réussie.

La malédiction continue donc pour la SIG après quatre finales consécutives de perdues, face à Nanterre en 2013, Limoges en 2014 et 2015, et l'Asvel en 2016, et donc aussi contre Chalon, qui décroche son deuxième titre France après le sacre historique de 2012 et le triplé Championnat/Coupe/Leaders Cup. Cette saison l'équipe de Jean-Denys Choulet, a été finaliste de la Coupe FIBA. et a réussi un parcours très solide en championnat. Les play-offs ont été plus chaotiques, mais dans le match décisif, les Chalonnais ont su puiser dans leurs ressources habituelles, une force de caractère à toute épreuve, une prise de risque maximale sur le plan offensif...et une capacité à modifier son schéma tactique pour se lancer dans une option offensive effrénée. Qui a fini par payer. Avec 28 points inscrits dans le seul 4e quart-temps, alors que jusque là, les deux équipes s'étaient surtout appliquées à se neutraliser, les Bourguignons ont étouffé des Strasbourgeois qui n'ont pas su s'adapter.  

Un Élan victorieux

Les Alsaciens ont pourtant longtemps été dans le match, alors que les deux équipes se renvoyaient coup pour coup et que l'écart oscillait entre deux et trois points (34-32 pour Chalon à la pause). Ce sont même eux qui ont mis le coup d'accélérateur nécessaire en deuxième période pour prendre jusqu'à 7 points d'avance. Mais leur collectif était trop fragile mentalement. Et dès qu'ils ont été malmenés, notamment dans les dix dernières minutes, ils ont baissé la garde et ont subi la pression. Avec Cameron Clark (14 pts) et Jérémy Nzeulie (14 pts également, MVP du match) les Chalonnais en ont profité pour creuser leur sillon. Strasbourg perdait le fil, commettant des fautes et de nombreuses pertes de balles. Du côté de la SIG. Ntikilina de retour de draft NBA a moins pesé que d'habitude dans la partie, tout come Jaïteh et Slaughter. Les Strasbourgeois, de plus en plus fébriles,  ont surtout cédé face au rythme et à l'audace chalonnaise, 

La malédiction de Strasbourg

C'est un titre qui récompense le travail de l'Elan, archétype du basket français de ville moyenne et qui punit une nouvelle fois Strasbourg dans une finale étrange, dans laquelle, la bascule s'est faite sur un tir victorieux au buzzer de Jérémy Nzeulie lors du match 3. Ensuite, ce sont des matches au couteau qui tiennent à un fil, comme ce match 5 qui se joue dans le dernier quart. Malgré l'expérience des quatre finales, Strasbourg n'a pas pu enfin stopper sa série noire. C'est un nouveau coup dur pour Vincent Collet, revenu prendre les rênes de l'équipe alsacienne cet hiver alors qu'elle était mal en point. Certains estimeront que la hisser en finale est déjà une belle performance. Mais ce 5e revers d'affilée va être très difficile à digérer pour le club alsacien. 

Christian Grégoire

Championnat de France de basket - Jeep Elite