L'Elan Chalon
L'Elan Chalon | PHOTOPQR/L'ALSACE Jean Francois Frey

Chalon étouffe Roanne

Publié le , modifié le

Chalon s'est très logiquement imposé sur le parquet de Roanne (65-53) vendredi en match avancé de la 16e journée de ProA. Sant être totalement dominateurs, et malgré beaucoup de déchets dans leur jeu, les champions de France en titre , qui restaient sur trois matches sans victoire, ont facilement pris la mesure de leurs adversaires complètement indigents en attaque et qui confirment, hélas les très mauvais résultats déjà enregistrés cette saison.

Certes, elle fut privée rapidement de Matt Howard, touché à une cheville sur un contact avec Aboudou dès le premier quart-temps, et dont l'absence dans l'organisation s'est fait sentir, mais avec autant d'indigence offensive, la Chorale ne peut espérer aller très loin en championnat. Elle a encore une fois tenu essentiellement une grand partie de la rencontre grâce à sa défense (la meilleure de ProA) mais le triste corollaire de cela reste son incapacité à marquer des points (67 points de moyenne seulement depuis le début du championnat, et 33% de réussite sur ce match ) . Et finalement, l'option défensive ne peut pas toujours suffire à gagner un match. Face à des Chalonnais collectivement beaucoup mieux organisés, avec des joueurs adroits et trouvant des positions favorables, à l'image de Schilb,  Lang et Williams (14 pts chacun) , les hommes de Pavicevic ont encore une fois montré leurs limites. Non seulement ils ont été ridicules à 3 points (5 sur 27 !), mais ils se sont obstinés à chercher l'extérieur, offrant autant de rebonds à des Chalonnais qui n'en demandaient pas tant et qui ont bonifié nombre des ballons ainsi récupérés.     

Les hommes de Beugnot se sont rassurés  après s une série un peu compliquée, même s'ils ont encore paru parfois empruntés et ont perdu beaucoup de ballons. Libérés de l'Euroligue, ils vont retrouver un rythme qui va sans doute leur permettre d'être un peu plus performants. Pour la Chorale, la saison reste toujours aussi affligeante: pas de projet, pas de jeu, pas d'attaque. Les quelques tentatives de Gray (8 pts) ne peuvent masquer la faillite collective d'un groupe confronté à des problèmes offensifs récurrents que le coach monténégrin ne semble pas capable de résoudre.