Axel Julien
Le meneur de Dijon Axel Julien, symbole de cette sélection français rajeunier | MAXPPP

All-Star Game : rajeunie, la sélection française vise la passe de 4

Publié le , modifié le

Un show à l'américaine pour terminer en beauté l'année mitigée du basket français : voici l'enjeu du traditionnel All-Star Game, lors duquel une sélection tricolore sans tête d'affiche visera une quatrième victoire d'affilée contre les meilleurs étrangers de Pro A, jeudi dans un Paris-Bercy surchauffé.

L'amertume des Jeux Olympiques de Rio, avec la fin précoce de la "génération Parker" en quart de finale face à l'Espagne ; la frustration d'une finale d'Eurocoupe perdue par Strasbourg devant les Turcs de Galatasaray... Ces souvenirs seront déjà loin, jeudi soir, lorsque la crème de la Pro A régalera Bercy de dunks ravageurs, de trois points soyeux et d'un match forcément spectaculaire. Un 31e "match des étoiles" qui opposera, comme le veut la tradition, la sélection des meilleurs joueurs étrangers (à forte consonance US) au "best of" des Français, qui restent sur trois succès d'affilée et peuvent égaliser à 13-13 au palmarès du All Star Game (les cinq premières éditions avaient opposé l'Est à l'Ouest).

"On va essayer de faire honneur à cet événement en allant battre les "Ricains", ça fait toujours plaisir et on veut perpétuer la tradition !" a déclaré le géant de Chalon-sur-Saône Moustapha Fall (2,18 m) lors d'un point presse mercredi. Devant près de 16 000 fans rassemblés dans un Bercy à guichets fermés pour la 14e fois en autant de rendez-vous, les Frenchies miseront sur leur puissance à l'intérieur pour faire trembler la sélection étrangère. En plus de Fall, meilleur rebondeur du Championnat, Wilfried Yeguete (Le Mans) sera dans le cinq majeur, tandis qu'Axel Julien (Dijon) mènera l'équipe pour sa première participation, aux côtés de Paul Lacombe (Strasbourg) et William Howard (Hyères-Toulon) qui s'installeront aux postes 2 et 3.

Les habitués du All-Star présents dans les gradins de Bercy retrouveront avec plaisir Alain Koffi (33 ans), qui avec une sixième participation cette année sera le doyen d'une équipe relativement jeune, les trois-quart de l'équipe ne facturant pas plus de 26 ans. "Quand j'ai commencé au All-Star , j'étais dans les plus jeunes, et maintenant je me retrouve en vétéran à devoir superviser tous ces petits jeunes, sourit le joueur de Pau-Orthez. Mais ils ont tous mérité leur place."

Un renouvellement qui laisse tout de même sur le carreau deux Bleus présents à Rio, Charles Kahudi (ASVEL) de retour d'une longue blessure à une cheville, et Mickaël Gelabale (Le Mans), mais aussi Mouhammadou Jaiteh (Strasbourg) et Louis Labeyrie (Paris-Levallois), qui avaient illuminé la soirée en 2015. Mais un choix justifié par Alain Béral, président de la LNB. "Via le All-Star Game on veut démontrer que l'on sait repérer nos talents, que la France est un pays de formation, a-t-il affirmé. Évidemment il y a des critiques mais c'est une décision qu'on assume totalement, pour l'avenir du basket français."

Badiane dans toutes les têtes

En face, la sélection étrangère sera blindée à l'extérieur avec notamment les deux meilleurs joueurs de Pro A à l'évaluation : le meneur de Chalon John Roberson et surtout le phénomène de Pau-Orthez D.J. Cooper, 7 fois MVP en 15 matches cette saison et choisi par le public pour mener le cinq majeur étranger. A noter malgré tout l'absence du meilleur marqueur du Championnat, l'Américain de Gravelines Kyle Gibson.

Une ombre planera tout de même au-dessus de la grande fête annoncée pour le basket français : celle d'un géant de la Pro A, le "Poulpe" Pape Badiane, décédé vendredi soir dans un accident de voiture, à 36 ans. Aucun doute que les contres et les dunks de cette soirée rappelleront au public le souvenir du pivot de l'équipe de France, champion de France en 2007 et triple All Star .