Tony Parker
La défense de Tony Parker devant le Jazz Devin Harris, sous les yeux de Tim Duncan | REUTERS - MIKE STONE

Parker déjà pied au plancher avec les Spurs

Publié le , modifié le

Pour son entrée dans les play-offs, San Antonio n'a pas laissé le Jazz jouer des fausses notes, s'imposant (106-91). Tony Parker a déjà mis la barre très haute, en finissant meilleur marqueur avec 28pts et 8 passes, avec Tim Duncan auteur d'un double-double (17pts, 11rbds, 5 passes). Le leader de la Conférence Ouest mène (1-0) dans cette série. Les Los Angeles Lakers ont également fait une belle entrée dans la nuit, face à Denver (103-88). Les Clippers ont gagné.

San Antonio-Utah, ce sont des vieilles connaissances. Dans les play-offs, les deux équipes ont depuis longtemps pris l'habitude de s'affronter. Mais ce n'est plus l'époque du duel Malone-Robinson, et le Jazz n'a gagné son billet pour la suite de la saison que lors des derniers matches, alors que les Spurs ont fini la saison régulière avec la belle pancarte de N.1 à l'Ouest, pour la deuxième année consécutive. Un an après avoir été sortis d'entrée par Memphis, les hommes de Gregg Popovich n'ont aucune envie que ce statut soit aussi inutile qu'en 2011. Et pour la première fois ces quatre dernières années, l'équipe s'est imposée sur le premier match des play-offs.

Avec une rotation beaucoup plus performante que l'an dernier, des leaders en forme, l'équipe texane a mis les éléments dans le bon sens pour remporter une première victoire, à domicile, là où ils n'ont perdu que cinq fois cette saison. Et Tony Parker a maintenu son niveau, avec 28 points, 8 rebonds et 4 passes, pour finir meilleur marqueur de la rencontre, laissant son homologue Devin Harris à quai (7pts, 2 passes). Arrivé en course d'année, Boris Diaw a débuté la rencontre dans le cinq majeur, pour terminer après 26 minutes avec 9pts et 5rbds, venant donner un coup de main à un Tim Duncan sobre mais très efficace, auteur déjà d'un double-double (17pts, 11rbds, 5 passes). Une performance suffisante pour maîtrise Paul Millsap (20pts, 9rbds). Et si Manu Ginobili a été discret (7pts, 4 passes), Matt Bonner (9pts) et Stephen Jackson (14pts) ont fait le travail.

Los Angeles régale

Pas de frayeur non plus pour les Lakers, qui se sont rassurés après une saison chaotique en dominant tranquillement Denver 103-88 au Staples Center. Kobe Bryant, qui avait renoncé à contester à Kevin Durant le titre de meilleur scoreur de la saison régulière en se reposant lors du dernier match, a inscrit 31 points, tandis qu'Andrew Bynum a fait le ménage dans la raquette avec 10 contres, un record en play-offs. Avec 13 rebonds et 10 points dans son escarcelle, le géant californien a même signé le premier triple-double des Lakers depuis Magic Johnson en 1991 en finale contre Chicago.

"Si je suis agressif comme ça en défense, cela augmente nos chances de  gagner des matches", a indiqué Bynum. "Andrew a fait la différence. Il peut contrôler un match sans même avoir à  shooter, il a été phénoménal", a dit l'entraîneur des Lakers Mike Brown. Le secteur intérieur a bien fonctionné puisque Pau Gasol a également failli réussir un triple double (13 pts, 8 rbds, 8 pds). En face, les Nuggets n'avaient pas la frite et s'en sont remis à l'Italien Danilo Gallinari (19 points) pour limiter l'écart avant le deuxième match mardi, toujours en Californie.

Les Celtics déçoivent

L'exploit de la nuit est à mettre au compte de l'autre équipe de Los Angeles, les Clippers, qui ont ramené une victoire renversante de Memphis (99-98). Mis en charpie par les coups de griffes des Grizzlies dans le premier quart-temps (34-16), les Californiens se sont offerts la peau de l'ours en rendant la pareille à leurs hôtes dans le Q4 (35-13). Les coéquipiers de Chris Paul (14 points, 11 passes) ont effectué une fin de match mémorable, marquant 27 points contre seulement 3 pour Memphis, avec notamment trois paniers à trois points consécutifs de Nick Young en une seule minute.

A l'Est, une seule rencontre était au programme. Elle a vu Atlanta prendre le meilleur sur Boston au terme d'un match défensif (83-74) qui a confirmé que les "vieux" Celtics auront bien du mal à rivaliser pour le titre cette saison. Mickael Pietrus n'a pas vraiment aidé Boston avec une feuille de stats famélique: 3 rebonds et 0 points (à 0 sur 4 aux tirs) en 20 minutes.Boston n'a pas rentré un tir à trois points (0 sur 11) et en se voyant dominé au rebond (18 rebonds pour le seul Josh Smith côté Atlanta). Pour ne rien arranger, le meneur de Boston Rajon Rondo (20 points, 11 passes) a été exclu dans la dernière minute de jeu après deux fautes techniques consécutives, la première pour avoir contesté une décision arbitrale et la deuxième pour avoir touché l'arbitre de la poitrine alors qu'il continuait de contester, ce qui devrait lui valoir une suspension.