Les Orléanais Joseph et Ndoye entourent le Chalonnais Aminu
Les Orléanais Joseph et Ndoye entourent le Chalonnais Aminu |

Orléans s'est fait peur

Publié le , modifié le

Orléans a battu Chalon 78-74 lors du match retour des demi-finales de Pro A et s'offre une belle. Après avoir compté jusqu'à 20 points d'avance, les locaux ont connu un gros passage à vide dans le dernier quart-temps. Les Chalonnais sont même repassés devant. Avec un regain d'énergie, les Orléanais sont allés chercher la victoire.

Décidés à s'offrir une belle après al défaite du match aller, les Orlénais imposaient un gros tempi dès les premières en attaque comme en défense. Les Chalonnais mettaient cinq minutes avant d'inscrire leur premier panier. Sous l'impulsion de Sy (19 points), les locaux réalisaient un premier quart-temps parfait pour s'échapper au score (23-9). Malgré du mieux des Chalonnais dans le deuxième quart-temps, le trio Green-Banks-Sy poursuivait son travail de sape en attaque. Avec un taux de réussite à 52%, les Orléanais creusaient un peu plus l'écart (+20) après un incroyable 21-5.

Chalon recolle

Avec leur défense toujours solide et un Amara Sy des grands soirs (19  points, 9 rebonds, 4 passes, 5 fautes provoquées), ils avaient même contenu les  velléités chalonnaises de faire passer l'écart sous la barre des dix points. Lorsque les coéquipiers d'Evtimov (14 points) retrouvaient la mire à trois points, les Orléanais répliquaient du tac-au-tac. Après trois premiers quart-temps denses, les Orléanais ont baissé de régime. Les pertes de balles se sont accumulées, les shoots ratés aussi. Au cœur du quatrième quart-temps, ils ont connu un sérieux passage à vide en encaissant une 16-0 en sept minutes, pliant devant l'adresse du duo Delaney (22 points) – Tchicamboud (13 points) et un shoot de Blake Schilb, pourtant muselé jusqu'alors (8 points pour 6 rebonds et  6 passes au final).

A 71-72, Banks (17 points, 10 rebonds) a stoppé l'hémorragie et relançait son équipe au meilleur moment. Le plus dur était fait, les Orléanais filait vers la victoire. "Heureusement,  ce soir c'est passé", souriait Sy."Mais si on refait ça à Chalon (vendredi), ça  ne passera pas.""On s'est cru arrivé", lâchait, amer, le capitaine chalonnais Steed  Tchicamboud. "On les attend". La belle promet.

Mathieu Baratas