Joakim Noah
Joakim Noah souhait que l'équipe reste mobilisée pour la finale de l'Euro | AFP - JOE KLAMAR

Noah: "Le job n'est pas encore fait"

Publié le , modifié le

Joakim Noah était "super content" de la qualification de la France pour les jeux Olympiques tout en soulignant que "le job" n'était "pas encore fait", samedi devant la presse à la veille de rencontrer l'Espagne en finale de l'Eurobasket à Kaunas.

Comment avez-vous fêté votre victoire en demi-finale ?
"On est allé bouffer des pâtes +Bolognaise+, en équipe (rires). Avant on  était restés un petit moment dans les vestiaires, c'était cool de pouvoir  passer ce moment rien qu'avec les joueurs. Danser avec le public était vraiment  sympa aussi. On a chanté dans le bus et après donc des pâtes +Bolognaise+ à  l'hôtel. Ca fait tous les jours depuis trois semaines qu'on mange ça. Encore  deux jours de spaghettis et après ça ira."
      
Que représentent les jeux Olympiques pour vous ?
"Déjà je sais qu'il y beaucoup de travail derrière pour y arriver. Ca me  fait super plaisir de vivre cette aventure avec des gars qui attendent ça  depuis un bail. C'est une grosse étape pour le basket français.  Personnellement, ça va être une expérience dont je me souviendrai toute ma vie.  Pouvoir dire que je suis un joueur olympique, ce n'est pas rien. Vivre ça avec  tous les athlètes du monde, c'est vraiment beau. Mais pour l'instant il faut  oublier, redescendre sur terre et comprendre qu'il y a mieux. On a accompli de  grandes choses. Mais le job n'est pas encore fait, on n'est pas satisfaits  encore."
      
Que savez-vous de cette équipe d'Espagne ?
"Elle a beaucoup d'expérience et des talents qui jouent ensemble depuis  longtemps. Ils ont deux tours à l'intérieur avec les frères Gasol. A  l'extérieur, ils ont Navarro qui fait un super tournoi. C'est une équipe qui a  tout. On a beaucoup de respect pour elle. Il faut qu'on joue notre meilleur  basket pour les battre. On peut le faire, surtout sur un match. L'Espagne est  solide mais nous aussi. On y va pour gagner."
      
Comment vous sentez-vous après déjà dix matches joués ?
"Un peu fatigué. C'est vraiment le meilleur niveau de basket au monde.  Les meilleurs matches de basket sont en train de se passer en ce moment. Ce  n'est pas facile mais si c'était facile tout le monde pourrait le faire. Il y a  beaucoup d'émotion car on sait à quel point c'est dur d'arriver à ce niveau-là."
      
A titre personnel, comment vivez-vous cette première campagne en bleu ?
 "Super bien. Faire partie de ce groupe, jouer devant ma famille, qui est  très fière, cela signifie beaucoup pour moi. J'ai mis du temps à avoir mon  passeport français, il y avait toujours quelque chose, une blessure, un contrat  à négocier. Alors jouer avec ces gars, des bons gars, c'est une belle  expérience. Ca fait deux mois qu'on est ensemble, ça ne m'était encore jamais  arrivé avant. Avoir quelqu'un avec moi dans la chambre, c'est fou! Je n'ai  encore jamais été dans cette situation. Je pense à Ronny (Turiaf) qui s'est  blessé à la main et qui est là avec nous. Beaucoup seraient partis. Ca témoigne  de l'esprit qui règne dans cette équipe qui a connu beaucoup de hauts et de bas  ces dix dernières années. Partager ça avec eux, c'est très spécial."

AFP