san antonio golden state
Danny Green (à droite) et Kawhi Leonard (derrière, N°2) des San Antonio Spurs bloquent le tir d'Harrison Barnes (Golden State Warriors). | RONALD CORTES / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

San Antonio, forteresse imprenable même pour Golden State

Publié le , modifié le

Les San Antonio Spurs, invaincus à domicile depuis 44 matchs, ont remporté une nouvelle victoire de prestige. Les champions en titre, les Golden State Warriors, ont subi le même sort que les autres équipes de NBA venues tenter leur chance à l'AT&T Center (87-79).

Les San Antonio Spurs sont sortis vainqueurs samedi du très attendu choc contre les Golden State Warriors (87-79) et ont peut-être trouvé la solution pour mettre fin au règne de la franchise d'Oakland. Depuis le début de la saison 2015-16, Golden State affiche une forme insolente et collectionne les records (meilleur début de saison de l'histoire, plus longue série de victoires consécutives à domicile) et autres exploits, mais Stephen Curry et ses coéquipiers n'ont pas réussi à mettre fin à une humiliante série de défaites à San Antonio.

Le champion NBA en titre ne s'est plus imposé dans la salle des Spurs depuis le 14 février 1997, soit 33 défaites de suite, ce qui n'est pas un bon présage si les deux équipes devaient se retrouver, comme beaucoup l'anticipent et l'espèrent, en finale de conférence en mai. Mais plus inquiétant encore pour Golden State, Gregg Popovich a peut-être trouvé la stratégie gagnante pour empêcher Curry d'emballer les matchs et d'empiler les paniers à trois points. "On a cette fois essayé de ralentir le jeu et de contrôler le plus possible le ballon", a résumé Tony Parker, le meneur français des Spurs. "Tout le monde cherche une solution face à eux, je ne dis pas qu'on a trouvé, mais en tous cas, cela s'est bien mieux passé que lors de notre dernière rencontre", a-t-il noté, en référence à la lourde défaite de son équipe à Oakland (120-90) le 25 janvier.

"On s'en remettra" 

Golden State, l'équipe la plus prolifique de NBA, n'a ainsi pas marqué le moindre point lors des deux dernières minutes de la rencontre et Curry a été limité à 14 points au total avec une réussite famélique (4 sur 18 au tir et seulement 1 sur 12 à trois points). "On s'en remettra", a-t-il aussitôt réagi. "Cela ne change en rien nos ambitions pour cette saison. Ils ne nous ont pas laissé d'espace et ils nous ont mis dans des positions difficiles pour tirer", a souligné le meilleur joueur de la saison 2014-15 qui devrait facilement conserver son trophée de MVP.

Côté Spurs, LaMarcus Aldridge a fini la rencontre avec 26 points, Kawhi Leonard en a ajouté 18 et Boris Diaw, titularisé à la place de Tim Duncan, a apporté 14 points et 8 rebonds. Grâce à cette victoire, la 59e en 69 matchs, San Antonio a égalé les Chicago Bulls de Michael Jordan qui avaient remporté 44 victoires de suite en domicile entre 1995 et 1996. Ils ont surtout infligé à Golden State sa septième défaite de la saison pour 62 victoires, un revers qui pourrait empêcher la franchise d'Oakland de réaliser la meilleure saison régulière de l'histoire et améliorer le record des Chicago Bulls de 1995-96 (72 v-10 d).

LeBron James battu à Miami

Steve Kerr, l'entraîneur des Warriors, refusait de s'en inquiéter: "Je ne pourrais pas être plus fier de mes joueurs: on a disputé notre neuvième match en 14 jours et on était privés de trois joueurs importants", a-t-il rappelé, en référence aux absences d'Andrew Bogut, Festus Ezeli et Andre Iguodala. D'ici la fin de la saison régulière mi-avril, Spurs et Warriors vont s'affronter encore deux fois, le 7 avril à Oakland et trois jours plus tard à San Antonio.

Cette affiche royale, présentée comme le match de saison régulière le plus relevé de l'histoire si l'on prend en compte le bilan des deux équipes (82% de victoires à elles deux), a rélégué au second plan le retour de LeBron James à Miami, où il a remporté deux titres et passé quatre saisons entre 2010 et 2014. Les Cleveland Cavaliers, qualifiés pour les play-offs depuis vendredi, se sont lourdement inclinés face au Heat (122-101) malgré les 26 points (13 sur 20 au tir) de "King James". Dwyane Wade est devenu de son côté le 41e joueur de l'histoire de la NBA à dépasser le chiffre des 20.000 points.

AFP

NBA