Rudy Gobert
Le pivot international français de Utah, Rudy Gobert | SIPA - CHRIS YOUNG

Rudy Gobert déjà parmi les grands

Publié le , modifié le

Le basket français est de mieux en mieux représenté sur les parquets de la NBA. Après Tony Parker, Joakim Noah ou encore Boris Diaw, une nouvelle star tricolore émerge. 2.13m, 111kg, et seulement 22 ans, Rudy Gobert est d’ores et déjà un joueur reconnu outre-Atlantique. Il vient d’être sélectionné pour le Rising Star Challenge, le match des "étoiles montantes" en marge du All Star Game, ce week-end. Retrouvez également son week-end dans un reportage de David Malarme dans Stade 2.

Drafté en 2013 en 27e position par les Nuggets, le natif de Saint-Quentin rejoint finalement l’Utah Jazz et connaît une ascension fulgurante depuis quelques mois. Après des débuts hésitants, Rudy Gobert a pris le temps de s’acclimater au jeu NBA et travailler sans relâche pour trouver sa place dans le cinq majeur du Jazz.

Encore peu connu du grand public, il a commencé à marquer les esprits avec l’équipe de France, lors du quart de finale du Mondial contre l’Espagne. C’est sans doute en ce 10 septembre 2014 que Gobert a trouvé le déclic en réalisant une performance remarquable (13 rebonds, 5 pts, 1 contre) face à des cadors tels que Pau Gasol, qu'il a mis au supplice. "Le match France-Espagne a permis de montrer aux gens que j'étais capable  de jouer contre les  meilleurs joueurs du monde. J'ai bien confirmé durant la  Summer League, mais j'ai toujours su que j'en étais capable. J'arrive  maintenant à faire preuve de constance", avouait-il en novembre. "Je sens que les gens ont plus de confiance en moi, leur regard est différent." Il faut dire, qu'en match de préparation de la saison, face aux Clippers, il avait fait sensation avec 20 rebonds et 22 minutes de jeu.

25e du PER

Son coach à Utah, Quin Snyder, avait déjà compris que le Français avait pris une nouvelle dimension. "Rudy doit devenir le leader de notre défense", avait même lancé le technicien en début de saison. Et cette confiance, associée à une volonté de s’imposer dans son équipe, ont permis à Gobert de se retrouver récemment au 25e rang du Player Efficiency Rating, sorte d’indice des statistiques des joueurs NBA.

Alors que se profile l’Euro (et les JO), la concurrence au poste de pivot risque d’être rude en sélection nationale entre Gobert, Alexis Ajinça, Kévin Séraphin, ou encore Joakim Noah (s’il consent à venir). Formé à Cholet, Gobert affiche en effet des stats redoutables : avec un temps de jeu sur les parquets de 22 minutes pour 53 apparitions, le joueur qui soufflera ses 23 bougies en juin prochain enregistre 6,9 points, 7,3 rebonds et 2,2 contres de moyenne. En janvier, face aux Spurs de Parker, il a établi un nouveau record personnel avec 18 rebonds (plus 13 points). Début février, face à l'une des références de la saison, Golden State, il s'est fendu d'un double-double (10 points, 10 rebonds). Il a même été le meilleur contreur de la NBA en janvier avec 4.3 contres de moyenne par match !

Sur les traces d’O’Neal

S’il est encore difficile de le comparer à un Shaquille O’Neal, maître incontesté des contres, Gobert et son envergure de 2,36m peut profiter d’une marge de progression considérable. Quatrième meilleur marqueur de la Ligue Nord-Américaine, derrière les pointures que sont Anthony Davis, DeAndre Jordan et Serge Ibaka, Rudy Gobert est non seulement reconnu comme un ratisseur de ballon, mais aussi et de plus en plus comme un shooteur habile, ce qui n’est pas pour déplaire au sélectionneur des Bleus, Vincent Collet.

Premier Français depuis Tony Parker à participer au Rising Stars Challenge, il possède tous les atouts pour réaliser un parcours professionnel aussi brillant que son capitaine. Après avoir réalisé son rêve de participer à un match si prestigieux, il lui reste encore de nombreux objectifs tels qu’un titre NBA, ou les Jeux Olympiques.

Sur la route des plus grands

Au jeu des comparaisons, voici les statistiques respectives de joueurs devenus des références dans la raquette en NBA, au présent mais aussi dans le passé. Et si "comparaison n'est pas raison", nous avons recherché les ressemblances et les différences avec ces joueurs lors de leur deuxième saison en NBA.

Pour Rudy Gobert, 23 ans, ces statistiques sont faites après 53 matches cette saison. 23 ans, c'était aussi l'âge de Hakeem Olajuwon lors de sa deuxième saison à Houston (68 matches disputés), comme de Tim Duncan chez les Spurs (50 matches joués). Joakim Noah avait un an de plus à Chicago (80 matches), et Pau Gasol un an de moins à Memphis (82 matches). 21 ans, c'était l'âge d'Anthony Davies (67 matches avec New Orleans) et Kevin Garnett à Minnesota (77 matches). Shaquille O'Neal avait 20 ans dans sa deuxième saison dans la Ligue (pour 81 matches) à Orlando, comme Dwight Howard (82 matches) toujours au Magic.

Tout ceci donne une idée du niveau actuel de Rudy Gobert.

Romain Bonte

NBA