Zach Randolph
Zach Randolph (Memphis), qui lutte ici au rebond avec les intérieurs de Phoenix, se bat aussi pour une place en playoffs | JOE MURPHY / NBAE / GETTY IMAGES / AFP

Playoffs: six franchises, trois billets

Publié le , modifié le

Dernier enjeu de la saison régulière NBA qui s’achève dans moins de deux semaines, la bataille aux dernières places qualificatives pour les playoffs fait rage. A l’Est, les New York Knicks ont enfin ravi le huitième spot mais restent sous la menace d’Atlanta, voire de Cleveland. A l’Ouest, les trois candidats (Phoenix, Dallas, Memphis) se livrent une lutte acharnée.

Conférence Est : New York y va tout droit

J.R Smith face à Jeff Teague
J.R Smith face à Jeff Teague

Ils sont déjà qualifiés : Six franchises ont mathématiquement assuré leur place en phases finales à l’Est. Miami (52-22) et Indiana (53-23) l’ont fait depuis bien longtemps, mais se battront jusqu’au bout pour ravir la première place de la conférence, synonyme d’avantage du terrain jusqu’à la fin du mois de mai. Toronto (43-32) et Chicago (43-32) se disputeront la dernière marche du podium, devant Brooklyn (40-34), auteur d’une magnifique remontée depuis le début de l’année, et Washington (39-36) qui ne prendra pas de vacances prématurées pour la première fois depuis six ans. Septième, Charlotte devrait aussi jouer les playoffs malgré un bilan négatif (37-38).

Ils sont dans la course : Le huitième billet à l’Est se jouera entre New York (33-43), Atlanta (32-42) voire Cleveland (31-45). La franchise de Big Apple, après un long chemin de croix dans les bas-fonds de la conférence pendant la première moitié de saison, a opéré un joli revers et s’est hissé la nuit dernière dans le Top 8 à la faveur d’une défaite des Hawks. Ces derniers, qui ont pourtant squatté le podium pendant plusieurs semaines en 2013, ont suivi la trajectoire inverse en dégringolant au classement, enchaînant notamment dix revers en 12 matches en février. Aujourd’hui, les voilà neuvièmes, en bien mauvaise posture à deux semaines du verdict. Les Cavaliers, qui ferment le Top 10, viennent d’enregistrer le retour de leur leader Kyrie Irving, restent sur deux victoires de rang, et peuvent toujours rêver d’une qualification encore inespérée il y a peu de temps.

Notre pronostic : Atlanta, qui semblait encore intouchable au début de l’année, avant la blessure d’Al Horford, a de grosses chances de passer à la trappe.  Des trois candidats au 8e spot à l’Est, la franchise géorgienne possède en effet le calendrier le plus compliqué, avec notamment Indiana (6 avril), Brooklyn (11 avril) et Miami (12 avril) au programme. Le menu des Cavaliers semble beaucoup plus aisé : les hommes de Mike Brown, qui affrontent justement Atlanta la nuit prochaine, terminent la saison sur quatre matches à domicile dont certains semblent particulièrement abordables (Detroit, Milwaukee, Boston). Pour créer l’exploit, ils devront en revanche miser sur une défaillance des Knicks. Or, si ces derniers sont dans leur meilleure forme de la saison (12 victoires lors des 15 derniers matches) et viennent d’exploser Brooklyn, il ne leur reste que des gros bras au calendrier (Miami, Chicago, Toronto deux fois). Avantage Knicks, donc, mais le retour des Cavs est loin d’être négligeable.

Conférence Ouest : Suspense total

Monta Ellis attaque Markieff Morris
Monta Ellis attaque Markieff Morris

Ils sont déjà qualifiés : Pas de problème pour San Antonio (59-16), qui à l’image de ses 19 succès de rang, a réservé son ticket pour les playoffs avec une maîtrise déconcertante. Le Thunder du futur MVP Kevin Durant (54-19) et les Clippers d’un Blake Griffin au sommet (54-22) feront eux aussi figure de favoris. Dans leur dos, Houston (49-25) et Portland (49-27) ne sont pas au mieux, mais sont prêts à jouer les trouble-fêtes en playoffs. Sixièmes, les Golden State Warriors (46-29) ont fait le plus dur en battant la semaine dernière les Mavs et les Grizzlies, deux concurrents directs. 

Ils sont dans la course : Les deux derniers billets se joueront donc entre Dallas, Memphis et Phoenix… qui affichent tous les trois le même bilan après 75 rencontres (44-31) ! La franchise qui restera sur le carreau aura d’autant plus de mal à digérer son échec qu’elle aura réalisé une saison solide et terminé sa saison avec un bilan très largement positif. Elle pourrait même posséder le nouveau record du meilleur bilan de l’histoire pour une équipe échouant à accrocher les playoffs (actuellement détenu par les Warriors, qui ont terminé 9e à l’Ouest en 2008 avec un bilan de 48 victoires pour 34 défaites). Annoncés comme de simples faire-valoirs en début de saison, les Suns ont réalisé un exercice surpassant toutes les attentes, déroulant dans le sillage de Goran Dragic un basket efficace et spectaculaire malgré un coach rookie et un effectif inexpérimenté. Les Grizzlies, finalistes de conférence l’an passé, ont souffert de l’absence de Marc Gasol en milieu de saison, mais semblent avoir retrouvé leur collectif et leur solidité défensive. Trois ans après leur sacre, les Mavericks font eux de la résistance : Dirk Nowitzki n’a presque rien perdu de sa superbe, et les efforts de Monta Ellis permettent à la franchise texane, qui s’est toujours maintenue en milieu de tableau cette saison, de proposer l’une des meilleures attaques de la ligue.

Notre pronostic : Comme si le fait que Dallas, Memphis et Phoenix soient au coude-à-coude ne suffisait pas, les franchises se retrouveront toutes les trois lors de l’ultime semaine, entre le 12 et le 16 avril ! Tout restera donc indécis jusqu’aux derniers instants de la saison régulière, mais un rapide coup d’œil aux calendriers permet malgré tout de prévoir une petite hiérarchie. Les Suns sont les moins bien lotis : outre les Mavs (le 12) et les Grizzlies (le 14), les joueurs de l’Arizona devront résister aux Blazers (le 4), au Thunder (le 6) et aux Spurs (le 11). San Antonio pourrait d’ailleurs jouer un rôle d’arbitre non négligeable dans cette course aux playoffs puisque Dallas (le 6) et Memphis (le 11) rencontrent eux aussi les coéquipiers de Tony Parker dans leur rush final. Celui qui parviendra à faire tomber l’armada texane prendra sans doute une précieuse option.

Gaétan Scherrer @GaetanScherrer