Kyrie Irving (Boston Celtics)
Kyrie Irving (Boston Celtics) | Maddie Meyer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Playoffs NBA : Boston, Houston et Milwaukee font le break

Publié le , modifié le

Dans le sillage de leurs meilleurs joueurs, Boston, Houston et Milwaukee se sont imposés la nuit dernière respectivement face à Indiana (99-91), Utah (118-98) et Détroit (120-99). Des succès qui permettent à ces trois équipes, favorites de leur série, de mener désormais 2-0 et d'être à deux victoires de la qualification pour les demi-finales de conférence.

Les Playoffs sont l'heure des stars. Kyrie Irving pour les Celtics, James Harden pour Houston et Giannis Antetokounmpo pour les Bucks l'ont prouvé la nuit dernière. Le premier a inscrit 37 points (avec 6 rebonds et 7 passes) et sonné la révolte des siens face à Indiana (succès de Boston 99-91). Le second a réalisé un triple-double (32 points, 13 rebonds et 10 passes) pour permettre aux Rockets d'écarter facilement le Jazz (118-98). Enfin, le troisième a empilé 26 points et 12 rebonds dans le succès aisé des Bucks sur les Pistons (120-99).

Boston s'est fait peur

Boston a doublé la mise, face à Indiana, mais les Celtics peuvent remercier leur meneur Kyrie Irving. Il a donc marqué 37 points (15 sur 26 au tir) et a complètement éteint durant le 4e quart-temps les Pacers qui comptaient pourtant encore douze points d'avance (82-70) en début de l'ultime période. La franchise d'Indianapolis est resté muette pendant plus de sept minutes, période durant laquelle Boston est revenu à sa hauteur, avant de prendre le large.

Avant le match N.3 qui aura lieu vendredi à Indianapolis, Boston a pris le contrôle de la série qui se dispute au meilleur des sept matches. "C'est le genre de victoire qui donne confiance pour la suite, cela nous montre qu'on peut gérer n'importe quelle situation", s'est réjoui Irving, sacré champion NBA avec Cleveland en 2016.
 

Utah n'inquiète pas Houston

Utah, bien trop timoré et trop maladroit à trois points (21,1% de réussite), n'a jamais pu ne serait-ce que faire trembler Houston. James Harden a marqué 32 points, dont 25 avant la pause, et s'est offert un "triple double" avec 13 rebonds et dix passes décisives. Les Rockets, battus par Golden State (4-3) en finale de la conférence Ouest l'année dernière, ont encore impressionné les observateurs avec leur efficacité à trois points (17 sur 42, nouveau record de la franchise en play-offs), dont six pour le seul Harden.

Mais "The Beard" ("La barbe") refuse de s'emballer malgré ces deux nettes victoires à domicile. "C'est notre défense qui nous a offert ces deux victoires, empêcher une équipe comme Utah de dépasser les 100 points, ce n'est pas rien", a-t-il constaté.

"Mais on sait que c'est une équipe qui joue bien devant son public, il faudra qu'on soit plus concentré et qu'on joue mieux encore, car on a perdu trop de ballons", a prévenu le MVP en titre. A l'image de Donovan Mitchell (11 pts, 5 sur 19 au tir) et dans une moindre mesure de Rudy Gobert (11 pts et 12 rbds), le Jazz est pour l'instant sans réponse face à Houston.
 

Tranquilles comme les Bucks

Comme largement anticipé, Detroit ne fait pas le poids face à Milwaukee et n'arrive pas à freiner l'intenable Giannis Antetokounmpo. L'ailier grec des Bucks, candidat au titre de meilleur joueur de la saison (MVP), a marqué 26 points (11 sur 18 au tir) et capté 12 rebonds en 30 minutes.

Mais il n'est pas le seul joueur des Bucks à martyriser les Pistons: Bledsoe a ajouté 27 points (11 sur 19 au tir) et Khris Middleton a contribué à la large victoire de son équipe avec 24 points. Detroit n'a pas démérité: la franchise du Michigan a effacé une catastrophique 1ère période (38-27) en ralliant les vestiaires à la pause avec un point d'avance (59-58).

Andre Drummond a marqué 18 points et capté 16 rebonds, mais l'absence de Blake Griffin, meilleur marqueur des Pistons, blessé au genou gauche, est difficile à digérer. Milwaukee a repris l'ascendant dans un 3e quart-temps à sens unique durant lequel Antetokounmpo a marqué 13 points, et n'a plus été inquiété. "C'était bien d'avoir été mis en difficulté dans les deux premières périodes, on a dû se remettre en question à la pause", a déclaré Mike Budenholzer, l'entraîneur de Milwaukee.
 

AFP