Paul George, Indiana Pacers, 05/2014
Le leader des Pacers Paul George | JESSE D. GARRABRANT / NBAE / GETTY IMAGES / AFP

Paul George sauve les Indiana Pacers

Publié le , modifié le

Mené de 19 points après un deuxième quart-temps désastreux, Indiana a pu compter sur la forme éclatante de son leader Paul George et la maladresse de Washington dans les derniers instants pour remporter le Game 4 de sa série sur le parquet des Wizards (95-92). Les Pacers auront l'occasion de se qualifier pour la finale de Conférence dans deux jours chez eux.

L'exploit est un peu moins retentissant que celui des Clippers face au Thunder. Mais comme la franchise de Los Angeles, les Pacers ont dû remonter un sévère handicap pour prendre le dessus sur les Wizards. Sonnés par la prestation tonitruante du banc de Washington (32 points à quatre au total), les hommes de Frank Vogel ont complètement perdu pied dans le deuxième quart-temps que leurs hôtes ont remporté 29-11. Dès lors, ils s'en sont remis à leur homme providentiel Paul George. Impeccable dans les matches décisifs du 1er tour contre Atlanta, le N. 24 a encore prouvé que la pression n'avait pas de prise sur lui. Discret en 1ère mi-temps avec 11 points, l'ailier américain a pris les choses en mains dans le second acte, marquant 28 unités. Insolent d'adresse (12/20 aux tirs), George a joué au sniper longue distance (7/10 à 3 points).

Hibbert prend possession de la peinture

Portée par son leader, la franchise d'Indianapolis a retrouvé ses vertus défensives, à l'image des dernières secondes de la partie durant lesquelles Bradley Beal puis John Wall ont manqué l'égalisation. La faute notamment à une interception de... Paul George sur la dernière remise en jeu du match. Non content de briller sur les terrains, l'ancien de l'université de Fresno State est également un guide hors des parquets. depuis qu'il s'est offert une partie de pêche avec Roy Hibbert, ce dernier réalise des prestations dignes de son statut de all-star (17 pts, 9 rbds). Ses trois matches du 1er tour à zéro point ne sont plus qu'un mauvais souvenir. A nouveau dominant, le pivot a éteint la paire Nene-Gortat (12 points à eux deux), axe fort des Wiazrds contre Chicago au 1er tour. A ses côtés, David West a également brillé (14 pts, 8 pd). En revanche, les remplaçants des Pacers n'ont pu tenir la comparaison avec leurs homologues de la capitale fédérale (2 points à quatre).

John Wall trop timide

Malgré cette prestation collective aboutie, avec six joueurs à plus de dix points, Washington pourrait avoir joué son dernier match à domicile cette saison. Malheureux dans le final avec un tir de loin et un lay-up manqués, l'arrière Bradley Beal a signé une belle prestation (20 pts à 7/14 aux tirs), tout comme Trevor Ariza (16 pts à 6/11 aux tirs). En sortie de banc, Drew Gooden (10 pts) et Al Harrington (11 pts) ont aussi apporté un écot intéressant. Mais ce n'était pas suffisant pour compenser la terne prestation de John Wall (12 pts, 7 pd). Omniprésent face aux Bulls en ouverture des playoffs (18,8 pts, 6,8 pd de moyenne), le jeune meneur a baissé d'un cran dans cette série (11, 3 pts, 7,7 pd de moyenne). Menés 3-1, ses Wizards sont au pied du mur.

Vidéo: le résumé du match Wizards-Pacers

Jerome Carrere