Parker, Spurs
Le meneur de jeu français des Spurs Tony Parker | KEVIN C. COX / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Parker envoie les Spurs en finale

Publié le , modifié le

Auteur de 37 points, Tony Parker a été le principal artisan du quatrième succès des Spurs en Finale de Conférence Ouest sur le parquet des Grizzlies (93-86). Une victoire qui permet aux Texans d'atteindre les Finales NBA pour la première fois depuis leur titre de 2007. Contre Indiana ou Miami, le meneur de jeu français tentera d'y briguer une quatrième bague de champion.

Les Memphis Grizzlies n'ont pas existé face aux San Antonio Spurs en finale de Conférence Ouest. Brillants vainqueurs du Thunder en demi-finale, les hommes de Lionel Hollins sont tombés sur une équipe au jeu collectif parfaitement rôdé, dont les cadres trentenaires veulent s'offrir un dernier grand frisson avant de se diriger vers la retraite. S'il lui reste encore quelques belles années avant de raccrocher les baskets, Tony Parker a été étincelant lors de ce Game 4. En bon général, TP a attendu ce match décisif pour rendre sa copie la plus prolifique de la saison. Avec 37 points, agrémentés de 6 passes décisives, le meneur de jeu des Bleus a porté les siens. Dans le troisième quart-temps, il a même livré un récital avec 12 points sur la période, avant de se montrer solide sur la ligne des lancers-francs en fin de match. Surfant sur une adresse insolente (15/21 aux tirs et 6/6 aux lancers), le Français a tout simplement été monumental pour s'offrir une quatrième finale NBA.

Parker-Duncan, duo d'enfer

Une belle revanche pour "l'oublié" de l'équipe-type de la saison, qui aura éliminé cette série de sa classe, entre ses 18 passes décisives lors du Game 2, ses 26 points au match suivant et ses 37 unités cette nuit sur le parquet du FedEx Forum de Memphis. Les Spurs avait d'ailleurs bien besoin de ça pour venir à bout de Grizzlies coriaces. Deux fois, les troupes de Gregg Popovich ont dû en passer par des prolongations pour faire ourber l'échine à leur adversaire. Encore solide dans cette dernière rencontre avec 15 points et 8 rebonds, Tim Duncan a également livré de solides prestations. Plus en retrait, Manu Ginobili a tout de même apporté son écot dans le 3e match en inscrivant 19 points. Derrière ce Big Three, les seconds couteaux ont joué leur rôle à merveille. Kahwi Leonard, Thiago Splitter, Daniel Green ou Gary Neal ont apporté lors de leurs entrées en jeu. Tout comme Boris Diaw, 4 points, 3 passes et 2 rebonds en 20 minutes cette nuit. 

Dans le Tennessee en revanche, c'est la soupe à la grimace. Brillants vainqueurs d'OKC au tour précédent, les Grizzlies ne sont pas passés loin d'une victoire à deux reprises mais ne se sont jamais véritablement remis de leur déroute lors de la rencontre inaugurale (105-83). Quincy Pondexter a eu beau se démener (22 points) et le duo Gasol-Randolph tenter de prendre le dessus sous les paniers, cela n'a pas suffi. Malgré de belles productions dans les matches 2 et 3, Z-Bo aura été trop maladroit tout au long de ces quatres rencontres quand le meilleur défenseur de l'année a eu toutes les peines du monde à museler le "Big Fundamental" Tim Duncan. Au contraire, la défense des Spurs aura étouffé les feux follets adverses, à l'image d'un Mike Conley maladroit et d'un Tony Allen en difficulté (moins de 10 points de moyenne sur la série). Demi-finalistes de Conférence il y a deux ans, la franchise de Memphis continue sa progression.

Les Spurs pour un 5e trophée Larry O'Brien

Quant aux Texans, ils prennent leur revanche sur un adversaire qui les avaient humiliés au 1er tour des playoffs 2011. Ils retrouveront en finale les Pacers ou le Heat en pleine bataille à l'Est, pour un cinquième titre NBA après ceux de 1999, 2003, 2005, 2007. Du temps pour se reposer, des cadres en forme et une année impaire. Rien ne semble pouvoir arrêter des Spurs invaincus en Finals. MVP de l'ultime série en 2007, Tony Parker connaît la route qui mène au prestigieux trophée Larry O'Brien. 

Jerome Carrere

NBA