Stephen Curry Kevin Durant Golden State Oklahoma City
Stephen Curry (Golden State) sévèrement défendu par Kevin Durant (Oklahoma City) | RONALD MARTINEZ / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Oklahoma gifle encore Golden State

Publié le , modifié le

Porté par un Russell Westbrook impérial (36 points, 11 rebonds, 11 passes), le Thunder a pris un avantage peut-être décisif face aux Warriors en finale de la Conférence Ouest. Grâce à une nouvelle victoire sans appel sur son parquet (118-94), Oklahoma mène désormais 3-1 et n'est plus qu'à un succès de faire tomber le tenant du titre.

Le tenant ne tient plus qu'à un fil. Golden State, l'équipe avec le meilleur bilan de l'histoire de la NBA en saison régulière (73 victoires en 82 matchs), est à une défaite de l'élimination en finale de la Conférence Ouest. Qui l'aurait cru ? Réponse : Oklahoma City. Depuis sa bataille victorieuse contre San Antonio au tour précédent, le Thunder évolue dans une autre dimension et charge ses matchs d'une électricité à très haute tension. Une fois encore, il aura réussi à court-circuiter les Warriors. 

Un genou et demi à terre

Pour la première fois de la saison, les partenaires de Stephen Curry ont encaissé deux défaites consécutives. Et ils doivent désormais remporter les trois prochaines rencontres s'ils veulent s'en sortir. Cela tiendrait presque du miracle (dans 96,1% des cas, une équipe qui mène trois victoires à une dans une série des play-offs se qualifie pour le tour suivant) tant la franchise californienne paraît à court de solution face à OKC. Surtout quand Russell Westbrook est dans cet état-là. Le meneur explosif a de nouveau dynamité la défense soudainement poreuse des Warriors en réussissant un triple double que seuls Wilt Chamberlain, Oscar Robertson, Kareem Abdul-Jabbar, Jerry West et LeBron James avaient réussi à atteindre en play-offs : 36 points, 11 passes et 11 rebonds. En délaissant son côté chien fou, en faisant tourner la balle et en sélectionnant parfaitement ses shoots, Westbrook a laminé les hommes de Steve Kerr, impuissant à trouver des solutions depuis son banc, abasourdi par la performance adverse comme par le bruit de tonnerre d'un public en fusion.

Le coach de l'année n'a pu compter que sur le seul Klay Thomson (26 points) pour essayer d'écoper à bord du navire qui coulait. Mais ni Draymond Green, beaucoup trop limité offensivement (6 pts à 1/7), ni surtout Stephen Curry (19 points à 6/20), ne sont parvenus à éviter le naufrage. Le MVP de la saison régulière a de nouveau été étouffé par la défense ultra physique d'Andre Robertson (17 pts, 12 rbds), le véritable facteur X de cette finale de conférence. "Nous sommes dans une sitation difficile, il faut tous qu'on élève notre niveau de jeu, il faut qu'on joue notre jeu et qu'on remporte le prochain match à domicile", a simplement analysé Curry.Le plus inquiétant peut-être pour les Californiens c'est qu'il n'y a même pas de match ou presque. S'ils ont résisté dans le premier quart-temps, ils ont explosé en vol dans le suivant pour se retrouver menés 72-53 à la pause. L'affaire était jugée, OKC avait occi les Warriors. Ces derniers ont désormais un genou à terre et ont commencé à plier l'autre. Dans ces conditions, il faudra être très fort pour parvenir à se relever...

Vidéo : le TOP 5 du match 4 : 

Julien Lamotte