Phil Jackson
Phil Jackson lors de sa prise de pouvoir aux New York Knicks en mars 2014. | Maddie Meyer / AFP

New York Knicks : Phil Jackson quitte la présidence après trois années difficiles

Publié le , modifié le

L'ancien entraîneur américain aux 11 titres NBA, Phil Jackson, quitte son poste de président des New York Knicks d'un commun accord avec ses dirigeants après trois ans d'une aventure infructueuse "Après mûre réflexion et évaluation, nous avons convenu que les Knicks iraient dans une direction différente" a déclaré Jim Dolan, président exécutif du groupe MSG, maison mère des Knicks. Le départ de Phil Jackson prend effet immédiatement.

Il y a deux mois, le club avait pourtant décidé de lever l'option sur les deux dernières années du contrat de son président de 71 ans, pour conserver ses services jusqu'en 2019. Phil Jackson était arrivé à New York en mars 2014, auréolé de ses 11 bagues de champion en tant qu'entraîneur des Chicago Bulls puis des Los Angeles Lakers dans la Ligue nord-américaine.

Trois saisons, trois échecs

Pour rompre avec une décennie d'indigence, le club lui avait offert un contrat de cinq ans, d'un montant total de 60 millions de dollars selon plusieurs médias américains. Mais la greffe n'a jamais pris, New York ne parvenant pas une seule fois à atteindre les play-offs en trois saisons. Lors de la première campagne avec Phil Jackson aux commandes, la franchise avait même enregistré le pire bilan de son histoire, avec 17 victoires pour 65 défaites.

Pas en accord avec la star Carmelo Anthony

Ancien joueur des Knicks, celui qui fut un temps surnommé "le maître zen" a été beaucoup critiqué, par les médias new-yorkais mais aussi au-delà, pour avoir voulu à tout prix imposer la stratégie offensive qui avait fait son succès en tant qu'entraîneur : l'attaque dite en triangle. Mais ce style offensif ne convient pas à tous les joueurs et n'était pas adapté au jeu de la star des Knicks, l'ailier Carmelo Anthony, qui a entretenu une relation assez fraîche avec son président durant les trois années de son séjour.

A l'origine de la draft de Frank Ntilikina

Mi-avril, Phil Jackson avait ouvert la porte au transfert du joueur, bien que celui-ci dispose d'une clause contractuelle empêchant les Knicks de l'échanger sans son accord formel. Il y a quelques jours, il s'est également dit prêt à étudier des offres pour le pivot letton Kristaps Porzingis, considéré par beaucoup comme l'un des futurs joyaux de la Ligue, se disant échaudé par le refus du jeune homme de se rendre au traditionnel entretien de fin de saison avec ses dirigeants. Phil Jackson est considéré comme l'un des principaux artisans de la sélection du meneur français Frank Ntilikina lors de la dernière Draft NBA.

AFP