Joël Embiid
Joël Embiid. | Maddie Meyer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

NBA - Philadelphie : le président accusé de critiquer ses joueurs sur Twitter

Publié le , modifié le

L'équipe NBA de Philadelphie a lancé une enquête interne mercredi après que son président Bryan Colangelo a été accusé de critiquer ses joueurs sur Twitter en utilisant plusieurs comptes anonymes.

Après Kevin Durant, ce n'est plus un joueur mais un président de franchise NBA qui aurait utilisé un faux compte Twitter. Un imbroglio difficile à croire mais qui est pourtant pris très au sérieux par la NBA et les franchises.

"Un site internet a publié un article associant plusieurs comptes sur les réseaux sociaux au président des opérations basket des Sixers, Bryan Colangelo", a indiqué Philadelphie dans un communiqué. "Les accusations sont sérieuses et nous avons débuté une enquête indépendante, dont nous diffuserons les résultats dès qu'elle sera terminée", a ajouté la franchise NBA qui a atteint le 2e tour des play-offs.

Des faux comptes pour critiquer ses propres joueurs

Selon le site internet The Ringer, Colangelo aurait utilisé cinq comptes différents sous des noms fictifs pour se moquer notamment de l'égo de sa star, le pivot camerounais Joel Embiid, pour s'interroger sur l'efficacité au tir du "rookie" Markelle Fultz ou encore pour s'en prendre à d'anciens joueurs comme Jahlil Okafor et Nerlens Noel.

Ancien dirigeant de Phoenix et de Toronto, Colangelo, en poste à Philadelphie depuis 2016, a reconnu dans un communiqué qu'il utilisait l'un des cinq comptes mentionnées "pour surveiller l'actualité du secteur" du basket."Cette affaire me dérange à de nombreux égards, je ne connais pas les autres comptes auxquels j'ai été associés, ni ne sais à qui ils appartiennent et quelles sont les motivations pour les utiliser", a-t-il assuré.

Alors que la NBA attend sa finale entre Golden State et Cleveland qui débute jeudi, l'affaire Colangelo fait grand bruit. Plusieurs joueurs et dirigeants, grands utilisateurs des réseaux sociaux comme Embiid et le propriétaire de Dallas Mark Cuban, ont réagi avec ironie. "Joel me dit que Sam Hinkie (ancien dirigeant de Philadelphie qui a relancé la franchise, NDLR) est meilleur et plus intelligent que toi", a tweeté Embiid, à destination de l'un des cinq comptes mentionnés. Cuban a de son côté ironisé sur une pratique qui semble courante, en assurant que "chaque dirigeant NBA reçoit sept comptes anonymes" selon une nouvelle réglementation en vigueur.

Après plusieurs saisons calamiteuses, Philadelphie a participé aux play-offs pour la première fois depuis 2010 et fait figure d'équipe en plein renouveau avec ses jeunes talents, comme Embiid et le rookie australien Ben Simmons. Elle fait partie selon la presse spécialisée des quatre équipes qui pourraient intéresser la superstar LeBron James s'il devait décider de quitter Cleveland cet été. A l'automne dernier, l'une des stars de Golden State Kevin Durant avait reconnu utiliser des comptes Twitter anonymes pour répondre aux critiques sur les réseaux sociaux.

AFP