NBA: Les Celtics surpris pas les Knicks

NBA: Les Celtics surpris pas les Knicks

Publié le

Le leader de la conférence Est, Boston, s'est incliné face à New York jeudi soir, donnant l'occasion à ses poursuivants, Toronto et Cleveland, respectivement tombeurs de Philadelphie et de Chicago, de mettre la pression sur les Celtics dans la lutte à la première place. Les probabilités pour que les New York Knicks l'emportent face aux Celtics, alors que leur star lettone Kristaps Porzingis - qui revenait de blessure - n'a marqué qu'un seul point, avec 0 tir inscrit, était faible. Mais c'était sans compter le surprenant Michael Beasley, auteur de 32 points et 12 rebonds, deux records pour lui cette saison.

Les meilleurs moments du succès des Knicks

Le Madison Square Garden ne s'y est d'ailleurs pas trompé, et a chanté "MVP, MVP", en fin de rencontre pour féliciter le fantasque ailier, ancien numéro 2 de la draft et plus connu pour ses déboires judiciaires et ses passages en Chine que ses performances sur les parquets NBA. "Je suis là pour mon équipe. Tout ce qu'ils veulent, quand ils veulent. Des points, des rebonds, de la défense, je fais de mon mieux. Je le dis de la manière la plus humble possible, je sentais juste que tous les tirs que je prenais allaient rentrer", a-t-il déclaré. "Kobe (Bryant) dit qu'on manque 100% des shoots qu'on ne prend pas. Aujourd'hui, je les ai tous manqués", a quant à lui commenté, non sans humour, Porzingis.

Dominés au rebond (35 à 49) et maladroits (38,4% aux tirs), les Celtics, déjà défaits par Miami la veille, ont pu compter sur les 32 points de Kyrie Irving, mais cela n'a pas suffi. Cette défaite permet aux Toronto Raptors de revenir légèrement sur Boston. Grâce aux 45 points de DeMar DeRozan, record en carrière pour l'arrière, les Raptors ont en effet signé jeudi soir une cinquième victoire d'affilée face aux Philadelphie 76ers, 114-109.  Toujours privée de son pivot camerounais Joel Embiid, Philadelphie s'est appuyée sur son collectif, avec six joueurs au-dessus de la barre des 11 points, mais cela n'a pas suffi face à un DeMar DeRozan des grands soirs. Philadelphie connaît là sa quatrième défaite d'affilée, et manque l'occasion de se rapprocher de la 8e place de la conférence Est, qualificative pour les play-offs.

Le beau mouvement d'Anderson

Les Cleveland Cavaliers n'ont également pas laissé passer leur chance de se rapprocher de Boston dans la lutte à la première place. Face à une courageuse équipe des Chicago Bulls qui restait sur sept victoires d'affilée, les coéquipiers de LeBron James ont fini par l'emporter, dans la douleur, 115-112. Le "King" a encore une fois dominé la rencontre de son talent (34 points, 6 rebonds, 9 passes décisives ), bien aidé par un Kevin Love des grands soirs (27 points). La nouvelle pépite finlandaise Lauri Markkanen n'a pas démérité avec ses 25 points, mais cela n'a pas suffi pour les Bulls face aux vice-champions NBA.

Les Spurs chutent encore

A l'Ouest, les San Antonio Spurs ont quant à eux confirmé leurs difficultés à l'extérieur cette saison. Après leur courte victoire face aux Portland Trail Blazers la veille, les hommes de Gregg Popovich se sont inclinés 100 à 89 sur le parquet d'un Utah Jazz pourtant encore privé de son pivot Rudy Gobert, blessé au genou. Les Spurs, sans Pau Gasol et Danny Green, et avec un Manu Ginobili laissé au repos, n'ont rien pu faire face aux 29 points de Rodney Hood.

Utah met ainsi fin à une série de trois défaites consécutives et peut toujours croire aux play-offs. Après une fin de match mouvementée, où Memphis a manqué l'occasion de l'emporter au buzzer, les Memphis Grizzlies se sont enfin inclinés 97-95 face aux Phoenix Suns, dans un duel entre deux des pires équipes de la ligue.

AFP