NBA: LeBron James promet de ne pas relâcher la lutte pour la justice sociale

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
LeBron James et les Lakers unis, genou à terre, pour la reprise de la NBA
LeBron James et les Lakers unis, genou à terre, pour la reprise de la NBA | AFP - GETTY IMAGES

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

La superstar de la NBA LeBron James a promis de ne pas relâcher la lutte pour la justice sociale, jeudi après la victoire de ses Lakers contre les Clippers lors de la reprise de la saison, marquée par des agenouillements à l'unisson.

Juste avant ce match et Utah-New Orleans qui ont redémarré le championnat après plus de quatre mois et demi d'interruption due au coronavirus, joueurs, entraîneurs et arbitres se sont tous rassemblés et ont posé un genou à terre pendant l'hymne national, affichant leur soutien à "Black Lives Matter".

"Aujourd'hui, ça dépassait le basket. Nous comprenons ce qui se passe dans la société en ce moment et nous utilisons cette plateforme qu'est la NBA pour répandre beaucoup d'amour, de choses positives, faire passer les messages et rester forts sur ce point. C'est un bon début", a déclaré LeBron James. "Il y a eu des progrès. Mais dans le passé, quand il y a eu des progrès, nous avons un peu lâché le pied. On ne veut plus que ça arrive", a-t-il ajouté.

Depuis deux mois, les États-Unis sont le théâtre de nombreuses manifestions contre l'injustice raciale, dans le sillage de la mort de George Floyd, asphyxié lors de son interpellation à Minneapolis le 25 mai.

"Nos oreilles sont grandes ouvertes maintenant, nous ne voulons pas nous arrêter là"

"Nous avons affaire à beaucoup de racisme, d'injustice sociale et de brutalité policière. Pas seulement dans nos quartiers, pas seulement sur des Noirs ou des personnes de couleur", a poursuivi LBJ.

"C'est quelque chose que nous voulons faire entendre aux gens. Nos oreilles sont grandes ouvertes maintenant, nous ne voulons pas nous arrêter là et nous garderons le pied sur l'accélérateur comme nous l'avons fait ces deux derniers mois", a-t-il promis.

AFP