James Harden (Houston Rockets)
James Harden (Houston Rockets) | Gene Sweeney Jr. / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

NBA : La mise au point de Houston, la mise en garde pour Golden State

Publié le , modifié le

Houston, vexé par sa défaite à domicile mercredi, n'a pas fait de détails face à Utah, submergé 113 à 92 devant son public vendredi, tandis que le champion en titre Golden State a sombré à La Nouvelle-Orléans (119-100).

Deux jours après avoir été surpris dans leur salle (défaite 116-108), les Rockets ont remis le Jazz à sa place dès le premier quart-temps. Dans le sillage de James Harden (25 pts, 12 passes décisives), les Rockets, meilleure équipe de la saison régulière, ont bouclé le premier quart-temps avec 17 points d'avance (39-22). Ils ont continué sur ce rythme échevelé pour rallier les vestiaires avec 30 points d'avance (70-40) grâce à un collectif survolté à l'image du remplaçant Eric Gordon (25 points). "On les a agressés d'entrée et on ne les a pas lâchés alors qu'ils nous avaient dominés dans ce domaine lors du précédent match", a analysé Harden. Toujours privé de son meneur espagnol Ricky Rubio, blessé aux adducteurs, le Jazz n'a, une fois n'est pas coutume, pas pu s'appuyer sur son prodige Donovan Mitchell qui a été limité à dix points (4 sur 16 au tir).

Gobert stoppe l'hémorragie

Le pivot français Rudy Gobert a stoppé l'hémorragie après la pause (12 pts, 9 rbds), mais Houston qui a pu ménager ses cadres en 4e période, était beaucoup trop fort et a repris l'avantage pour mener deux victoires à une avant le match N.4 qui aura lieu dimanche, de nouveau à Salt Lake City. "On n'a pas bien défendu et on les a laissé dicter le rythme: contre une équipe aussi talentueuse, cela ne pardonne pas", a admis l'entraîneur de Utah Quin Snyder. Mais ses joueurs ne sont pas abattus: "On sait pourquoi on a perdu, il faut repartir au travail et surtout mieux commencer le match en défendant mieux", a expliqué Gobert. Le grand rival de Houston, Golden State, a mordu la poussière face à une séduisante équipe de La Nouvelle-Orléans. Les Pélicans qui avaient été surclassés lors des deux premiers matchs à Oakland, ont cette fois dominé les Warriors dans tous les secteurs du jeu, notamment aux rebonds et dans la raquette. Sous l'impulsion de son joueur-vedette Anthony Davis (33 points et 18 rebonds), NOLA a distancé Golden State dès le premier quart-temps et n'a plus été inquiété. Rajon Rondo a dominé les débats avec ses 21 passes décisives.

Curry limité à 19 points

"On a juste fait ce qu'on devait faire: c'était un match très important pour nous, on ne pouvait pas se permettre de concéder une troisième défaite", a expliqué Davis. Pour son retour dans le cinq de départ de Golden State après cinq semaines de pause forcée à cause d'une entorse au genou gauche, Stephen Curry n'a marqué que trois points dans le premier quart-temps. Le double champion NBA, qui, remplaçant, avait marqué 28 points lors du match N.2 mercredi, a fini la rencontre avec 19 points (9 sur 16 au tir). "Le deuxième match quand on revient de blessure est toujours le plus difficile, Steph n'était pas aussi tranchant dans ses déplacements, il a manqué d'énergie, mais cela va revenir", a estimé l'entraîneur de Golden State Steve Kerr. Les Warriors étaient dans un mauvais jour au tir avec 38% de réussite (29% à trois points): Klay Thompson a marqué 26 points et Kevin Durant 22. "Il fallait s'attendre à une telle réaction: ils étaient menés deux victoires à zéro et ils retrouvaient leur public", a noté Kerr. "Ils ont bien défendu, ils nous ont sauté à la gorge, à nous de répondre au prochain match", a-t-il analysé avant le match N.4 qui aura lieu dimanche, à nouveau à La Nouvelle-Orléans.
 

AFP