Durant Green JR Smith Golden State Cleveland
Durant et Green se félicitent sous les yeux d'un James dépité. | Jason Miller / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

NBA - Finale 2017 : Golden State y est presque

Publié le , modifié le

La magnifique résistance de Cleveland et de LeBron James (39 points) n'a pas suffi. En s'imposant sur le parquet de Cleveland (113-118) lors du match 3 de la finale NBA, Golden State a fait un pas décisif vers son deuxième titre en trois ans. Les Warriors, qui ont fait la différence grâce à leur duo Durant-Curry, ne sont plus qu'à un succès de réaliser des play-offs parfaits (aucune défaite du premier tour jusqu'à la victoire finale), une première dans l'histoire du sport américain.

De colère, LeBron James fait rebondir le ballon de toutes ses forces : il reste pourtant encore une trentaine de secondes à jouer dans ce match N.3, mais la superstar de Cleveland a compris. Ses Cavaliers ont laissé passer leur chance: alors qu'ils menaient de six points (113-107) à trois minutes de la sirène, ils ont craqué, physiquement et mentalement, face à Kevin Durant (31 pts) et Stephen Curry (26 pts), les deux stars de Golden State qui ont marqué les onze derniers points de la rencontre.

Grâce à ce duo offensif, Golden State mène trois victoires à zéro et a enchaîné une quinzième victoire de suite depuis le début des play-offs, du jamais-vu en NBA ni dans aucun des trois grands championnats professionnels nord-américains (baseball, hockey sur glace, football américain). Les Warriors n'ont plus besoin que d'un succès pour empocher un cinquième titre et prendre leur revanche sur les Cavaliers qui les avaient détrônés il y a un an au terme d'une finale au scénario improbable (4-3).

Irving se réveille

Mais mercredi, Golden State est revenu de loin et a souffert face à LeBron James (39 pts) et Kyrie Irving (38 pts). Lors des deux précédents matches qu'ils avaient dominés (113-91, 132-113), les Warriors avaient fait la différence dans le 3e quart-temps. Cette période a cette fois failli leur être funeste : revenus des vestiaires avec six points d'avance, ils ont rapidement dilapidé leur avantage et ont laissé Cleveland prendre ses aises. Le responsable de ce retournement de situation s'appelle Kyrie Irving: relativement discret jusque là, le meneur des Cavaliers s'est réveillé et a réussi un festival avec 16 points durant le 3e quart-temps. Irving, décisif lors du match N.7 de la finale 2016 qui avait offert à Cleveland le premier titre de son histoire, a enchaîné les paniers spectaculaires et usé la défense de Golden State.

Et comme LeBron James a encore réussi un match phénoménal (39 pts, 15 sur 27 au tir, 11 rebonds, 9 passes décisives), Golden State s'est retrouvé au bord du KO. Mais la franchise d'Oakland a des ressources: elle dispose d'un potentiel offensif sans équivalent dans le Championnat actuel et peut-être dans l'histoire. Klay Thompson a fait souffrir les Cavaliers en première période avec ses 16 points
et les Warriors ont marqué un total de 12 paniers à trois points avant la pause. Ils ont ensuite laissé passer l'orage, avant que Curry et Durant, auteur d'un panier à trois points capital à 45 secondes de la fin, ne reprennent l'ascendant.

"Situation compliquée"

"C'est probablement l'équipe qui a la plus grosse puissance de feu que j'ai jamais affrontée dans ma carrière", a constaté LeBron James. "Même quand vous jouez bien, il faut jouer super, super bien pour les battre", a-t-il poursuivi. "Notre situation est désormais compliquée, on va regarder la vidéo et voir ce qu'on a mal fait, mais la grosse différence dans le final, c'est qu'ils ont réussi leurs tirs et qu'on a raté les nôtres", a-t-il analysé, visiblement touché au moral. Même si le match N.4, dès vendredi, a de nouveau lieu à Cleveland, ses Cavaliers sont en effet au bord du gouffre : jamais une équipe menée trois victoires à zéro n'a réussi à renverser unsérie de playoffs NBA en sa faveur. "Je ne rentre pas dans ce genre de débat, je prends les matches les uns après les autres", a balayé le triple champion NBA qui dispute sa septième finale consécutive, la huitième de sa carrière.

Golden State, habitué depuis trois saisons à collectionner les records, peut de son côté devenir la première équipe de l'histoire à réussir des play-offs parfaits, avec seize victoires et aucune défaite. "Tout ce qu'on veut, c'est arriver à 16 victoires (synonymes de titre, NDLR), peu importe comment on y arrive, mais pourquoi ne pas y parvenir dès vendredi", a espéré Curry.

Le résumé du match en vidéo : 

francetv sport @francetvsport