Jim Boylen
Les Chicago Bulls dirigés désormais par Jim Boylen ont fini la rencontre avec une réussite au tir désastreuse (38,3%). | ANDY LYONS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

NBA : Chicago humilié, Houston avant-dernier, OKC prend les commandes à l'Est

Publié le

Chicago a concédé samedi face à Boston (133-77) la plus lourde défaite de son histoire, qui plus est devant son public, tandis que Houston a reculé à l'avant-dernière place de la conférence Ouest après une troisième défaite de suite. A l'Est, OKC qui n'a pas joué samedi mais qui a profité de la défaite des Clippers à domicile face à Miami prend la place de leader.

Rien ne va plus pour les Bulls, franchise rendue célèbre par Michael Jordan dans les années 1990. Cinq jours après avoir limogé son entraîneur, la franchise aux six titres NBA est tombée encore plus bas. Elle a été humiliée par les Celtics de Boston qui se sont imposés avec 56 points d'écart, un "record" pour les Bulls dont la pire défaite (-53 points) datait de novembre 2001. Les Bulls n'ont jamais fait illusion : ils ont commencé la rencontre en encaissant un cinglant 17-0 et ne s'en sont jamais remis. Le cinq majeur a inscrit un total famélique de 22 points et l'équipe dirigée désormais par Jim Boylen a fini la rencontre avec une réussite au tir désastreuse (38,3%). "Décevant est le mot qui résume notre soirée, il nous ont mis KO d'entrée et on n'a pas su répondre", a regretté Boylen. Les Celtics, franchise la plus titrée de l'histoire, ont eux aussi dépoussiéré un record, celui de leur plus large victoire, avec cinq points de mieux que leurs devanciers de 1962 qui dominaient alors outrageusement la NBA.

Doncic terrasse Houston

Kyrie Irving n'a même pas eu à forcer son talent et s'est contenté de 13 points en 23 minutes, tandis que son coéquipier Jaylen Brown a fini meilleur marqueur de la rencontre avec 23 points en sortie de banc. Avec cette cinquième victoire de suite, les Celtics sont toujours cinquièmes de la conférence Est (15 v-10 d), tandis que les Bulls sont désormais derniers (6 v-21 d). La chute de Houston est encore plus brutale: la meilleure équipe de la saison régulière 2017-18 qui avait poussé Golden State dans ses derniers retranchements en finale de conférence Ouest (4-3), a concédé à Dallas sa septième défaite en neuf matchs (107-104). Elle va, comme beaucoup d'autres équipes cette saison, garder un souvenir cuisant du phénomène Luka Doncic.

Très discret jusque là, le prodige slovène s'est réveillé durant le 4e quart-temps: il a marqué onze points de suite et propulsé son équipe en tête, pendant que Houston restait muet. L'ancien meneur du Real Madrid, âgé de 19 ans, a fini la rencontre avec 21 points et offert une neuvième victoire consécutive à domicile aux Mavericks qui, malgré l'absence depuis le début de la saison de l'emblématique Dirk Nowitzki, sont à la surprise générale la meilleure franchise texane du moment (8e, 13 v-11 d). La star de Houston et MVP (meilleur joueur NBA) en titre James Harden a de son côté marqué 35 points.

OKC nouveau leader

Mais ses Rockets ont encore été dominés aux rebonds (36 à 44) et manquent cruellement d'efficacité à trois points (31,9%), leur principal atout la saison dernière. "La différence dans ce match, c'est Doncic, si on joue nos prochains matchs avec la même intensité, on en gagnera beaucoup", a tenté de positiver Mike d'Antoni, dont l'équipe est avant-dernière de la conférence Ouest (11 v-14 d). Il y a un nouveau leader à l'Ouest, Oklahoma City (16 v-8 d) qui ne jouait pourtant pas samedi, mais qui a profité de la défaite des Clippers à domicile face à Miami (121-98) et du deuxième revers consécutif de Denver, cette fois à Atlanta (106-98). Les Lakers, vainqueurs à Memphis (111-88), sont sur les talons des leaders (5es, 16 v-10 d) et n'ont plus été à pareille fête à ce stade de la saison depuis 2011.

AFP