Les Warriors foncent vers la finale

Les Warriors foncent vers la finale

Publié le , modifié le

Golden State n'a plus besoin que d'une victoire pour disputer sa troisième finale NBA consécutive: les Warriors ont dominé les San Antonio Spurs dans leur salle 120 à 108 en finale de la conférence Ouest, samedi. Comme son grand rival Cleveland à l'Est, Golden State est sans rival à l'Ouest: les Warriors sont toujours invaincus depuis le début des play-offs 2017 et écoeurent leurs adversaires. Ils affolent même les statistiques: avec onze victoires de suite, ils ont égalé les Lakers qui, en 1989 et 2001, avaient eux aussi débuté des play-offs par une série aussi impressionnante.

Mieux encore, ils ont toujours dépassé le seuil des 100 points, une première dans l'histoire de la NBA, et affichent un différentiel de points record (+16,5 points en moyenne par victoire) depuis le début des play-offs. Vainqueur de Portland (4-0) et d'Utah (4-0), Golden State se dirige vers un nouveau "sweep" (ou balayage dans le jargon NBA) face à des Spurs, il est vrai, privés de deux joueurs importants, Kawhi Leonard et Tony Parker. Leonard, blessé à la cheville gauche lors du match N.1, a suivi la rencontre en spectateur sur décision de son entraîneur Gregg Popovich.

Et quand San Antonio est privé de son meilleur marqueur (27,7 pts par match de play-offs), Golden State regorge de solutions offensives, entre Kevin Durant, Stephen Curry ou Klay Thompson. C'est cette fois Durant qui a porté les Warriors: après un début de match compliqué, la franchise d'Oakland a pris le large à partir de la moitié de la 2e période sous l'impulsion de Durant.

'Si cela ne vous plaît pas"

Le meilleur joueur de la saison 2013-14, qui a quitté Oklahoma City l'été dernier pour décrocher le titre de champion NBA qui manque à son palmarès, a marqué 33 points, dont 19 dans le 3e quart-temps. "On a fait du bon boulot, en faisant le dos rond pendant leur 1er quart-temps où ils ont joué avec beaucoup d'agressivité", s'est félicité "KD". Mais le flegmatique ailier a failli perdre son calme lorsqu'une journaliste lui a fait remarquer que ces play-offs 2017 étaient largement décevants, avec deux équipes nettement au-dessus du lot, Golden State et Cleveland. "Pour que des équipes gagnent aussi largement, c'est qu'elles jouent bien. Comme on dit, si cela ne vous plaît pas, vous n'êtes pas obligés de regarder", a-t-il lancé, visiblement agacé. 

Il est en effet fort probable que Golden State atteigne la finale et y affronte Cleveland, comme en 2015 et 2016: le champion en titre mène deux victoires à zéro face à Boston avant les deux prochains matches, dimanche et mardi, qui auront lieu dans la salle des Cavaliers. LeBron James affiche une forme étincelante, tandis que les Celtics ont annoncé samedi qu'ils seront privés jusqu'à la fin de la saison de leur meneur et meilleur marqueur Isaiah Thomas, blessé à une hanche. Les Spurs n'ont peut-être pas dit leur dernier mot, surtout si Leonard est opérationnel pour le match N.4, lundi à nouveau dans leur salle. 

Mais leur entraîneur Gregg Popovich sait que cela sera compliqué, même si l'inusable Manu Ginobili, meilleur marqueur de son équipe à 39 ans avec 21 points, montre la voie à ses coéquipiers. "Pour être compétitif face à une équipe d'un tel calibre, il faut réussir un match parfait, mon équipe s'est bien battue, mais on a perdu trop de ballons pour les inquiéter, c'est un sacrée équipe", a admis "Pop".

AFP