Tony Parker
Le joueur français Tony Parker | AFP - D. CLARKE EVANS

Les Spurs décollent, Miami cale

Publié le , modifié le

Les San Antonio Spurs mènent 3 victoires à 0 devant Portland, et ne sont plus qu'à une victoire de la finale de la conférence Ouest après une nouvelle démonstration (118-103) lors du troisième match. Dans la Conférence Est, la situation est un peu plus indécise puisque Brooklyn a infligé à Miami, le double tenant du titre, sa première défaite (104-90) depuis le début des play-offs. Miami ne mène plus que 2 victoires à 1.

Les Spurs sur un nuage

Après un premier tour laborieux contre Dallas, San Antonio a retrouvé son basket et un Tony Parker impeccable depuis le début du 2e tour des play-offs contre Portland, surclassé pour la troisième fois.  San Antonio semble être totalement dans le rythme et l'a encore prouvé lors de ce match 3. Le scénario de la démonstration des Spurs avait un air de déjà vu: comme  lors des matches N.1 et 2, les joueurs de Gregg Popovich ont écoeuré les  Blazers dans les deux premières périodes avec cette facilité offensive et cette rigueur défensive qui leur ont permis de finir la saison régulière avec le meilleur bilan (62 victoires, 20 défaites). A la baguette de ce "basket total" (7 ballons perdus seulement, 100% aux  lancers francs, 48,3% de réussite), Tony Parker, qui a de nouveau compilé  d'impressionnantes statistiques (29 pts, 2 rebonds, 6 passes) comme lors des deux premières rencontres. Les Spurs ont donc fait la différence dans les deux premières périodes, rentrant aux vestiaires avec 20 points d'avance (60-40).

Portland a ensuite bien réagi dans le 3e quart-temps pour revenir à huit points (68-60) sous l'impulsion de Nicolas Batum (20 pts, dont 11 en 3e période, 9  rbds, 7 passes). Mais San Antonio n'a pas tremblé grâce à un banc beaucoup plus productif que celui de Portland (40 pts contre six), d'autant que LaMarcus Aldridge et Damian  Lillard (21 pts chacun) n'ont plus le rendement de leur premier tour.

Des quatre prétendants majeurs au titre (avec Indiana, Oklahoma City et Miami),  San Antonio est l'équipe la mieux engagée avec 3 victoires à 0, quasi gage de qualification puisqu'aucune équipe menée par ce score n'a jamais réussi à  renverser la situation à ce stade de la compétition.

Brooklyn contrarie Miami

L'impression de facilité des Spurs est d'autant plus marquante que Miami a connu une grosse désillusion. Brooklyn a en effet réussi à faire déjouer le champion dont la machine semblait grippée. Le Heat restait sur huit victoires de suite en play-offs en incluant ses deux victoires lors de deux derniers matches des finales 2013, ses quatre succès au 1er tour contre Charlotte et son sans-faute à domicile contre les Nets.

Cette fois, les Nets ont fait la différence dans le 3e quart-temps grâce à Joe Johnson (19 pts) et aux vétérans Paul Pierce (14 pts) et Kevin Garnett (10 pts). La star de Miami, LeBron James, a terminé la rencontre avec le statut de meilleur marqueur (28 pts, 8 rebonds et 5 passes) et ses partenaires du "Big  Three", Chris Bosh et Dwyane Wade, ont apporté 12 et 20 points pour un total de 60 points.  Mais la contribution du banc floridien (25 pts) a été trop faible pour  inquiéter les Nets.
  

Christian Grégoire

NBA