Les San Antonio Spurs en quête du back to back

Les San Antonio Spurs en quête du back to back

Publié le , modifié le

En juin dernier, les San Antonio Spurs ont décroché le 5e titre leur histoire (après 1999, 2003, 2005 et 2007). Cette période bénie coïncide aussi avec l'arrivée de deux légendes du sport: Tim Duncan et Gregg Popovich. La star et son entraîneur sont intimement liés et sont indissociables des sacres de la franchise texane. A l'heure où la retraite de "Timmy" approche de plus en plus, celle du coach mythique se dessine en toile de fond. Oui mais, "Pop" a promis à Parker et Ginobili de les accompagner jusqu'au bout. Surtout, ils se sont tous promis une chose: enfin réussir le doublé et imposer définitivement les Spurs comme une franchise historique.

Il y a quelque chose de triste dans l'air de San Antonio. Le titre acquis en juin dernier, face au Miami Heat qui avait terrassé les Spurs un an plus tôt lors du désormais célèbre match 6, des Finales 2013 a certes plongé la ville dans une douce allégresse mais il flotte un sentiment de fin du monde. Tim Duncan, pilier, symbole, ambassadeur, leader et tellement plus encore de la franchise texane entre dans sa dernière année de contrat. Il a beau courir comme un jeunot de 20 printemps, Timothy Theodore Duncan de son nom complet, n'est pas éternel. Son entraîneur de toujours, le seul qu'il ait connu en NBA, Gregg Popovich le sait: "Quand il ne sera plus à l’entraînement, je pense que je vais un peu déprimer". Voilà, ce que dit "Pop" quand le Washington Post lui demande d'évoquer la retraite de son joueur, de son ami.

Pop a fait une promesse​

Depuis peu, Gregg Popovich aime à lier sa retraite avec celle de Duncan. En cas de titre en 2015, il ne fait quasiment aucun doute que ce sera le moment de dire au revoir à la NBA pour Tim Duncan. Est-ce à dire qu'il sera suivi du head coach des Spurs ? Pas si sûr si l'on en croit Popovich lui-même: "J’ai aussi fait la même promesse à Manu et à Tony quand ils ont signé leurs contrats : ils voulaient savoir si je serais ici et je leur ai répondu que je le serai, donc ce serait vraiment dur de prendre les devants et de partir" raconte l'homme aux cinq titres NBA toujours dans le même entretien. Homme de parole, Popovich ne devrait pas trahir les deux autres membres du Big Three qui l'a mené, lui et les Spurs vers les sommets.

En juin dernier, le trio Duncan, Ginobili, Parker est devenu le plus victorieux en Playoffs. Un accomplissement incroyable pour trois hommes qui ont liés leur destin à un coach. Bien leur en a pris puisqu'ils sont tous devenus des légendes à San Antonio et même dans tous les Etats-Unis. Reconnue comme l'une des franchises dominantes de l'histoire, il ne manque qu'un chose aux Spurs de San Antonio: un back-to-back.

Le doublé pour faire partie des (très) grands​

Quatre fois, San Antonio a raté le doublé. En 2000, les Spurs sont éliminés au premier tour des Playoffs par Phoenix. En 2004, il sont victimes du shoot mémorable de Derek Fisher dans le match 5 de la demi-finale de conférence face aux Lakers (la série est alors à 2-2). En 2006, Manu Ginobili permet à Dirk Nowitzki d'égaliser en commettant la faute sur le lay-up de l'Allemand dans l'ultime rencontre de la série, encore en demi-finale de conférence. Pour finir, en 2008, les Lakers écrasent les Texans en finale de conférence ouest. Autant d'occasions de devenir une véritable dynastie, du moins aux yeux de Phill Jackson qui défend l'idée que vous ne pouvez être considéré comme une dynastie sans back-to-back.

Avec un effectif inchangé, un Parker reposé et deux nouveaux assistants qualifiés (Etorre Messina et Becky Hamon), San Antonio débute la nouvelle saison dans la peau du favori. le Cleveland de LeBron James, le Chicago de Joakim Noah ou les Clippers de Chris Paul ont tous en tête de priver la machine texane au jeu si parfait d'un nouveau titre mais il va falloir être très fort. Forts aussi, les Spurs devront l'être. Certes Parker est reposé, certes Duncan reste Duncan, mais des questions subsistent. Kawhi Leonard aura-t-il digérer son titre de MVP des Finales et sera-t-il capable d'élever son niveau de jeu en saison régulière ? Tiago Splitter sera-t-il en mesure d'apporter encore plus qu'il ne l'a fait en 2014 ? L'absence de Patty Mills au moins jusqu'à janvier sera-t-elle compensé ? Autant de questions qui ne trouveront de réponses que sur le parquet. Ça tombe bien, la saison NBA reprend ce mardi soir avec un alléchant Spurs-Mavericks en entrée. Après la cérémonie de la remises des bagues, il sera alors temps pour les Spurs de tenir leur promesse et d'aller chercher ce nouveau titre tant désiré.

Christophe Gaudot @ChrisGaudot